Logo

La France, mauvaise élève !

13-12-2016 à 21:32:18

Comme en 2013, le classement PISA publié le 6 décembre 2016 révèle que les jeunes lycéens français ont un niveau scolaire très moyen. Difficilement compréhensible pour la cinquième économie mondiale !

 

Qu’est-ce que le classement PISA ?

Le classement international PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves) existe depuis l’an 2000. Tous les trois ans, il évalue le niveau scolaire des élèves de 15 ans dans soixante-douze pays (principalement des pays développés). Cette année, 540 000 jeunes ont été évalués en sciences, en mathématiques et en compréhension de l’écrit.

Quel est le classement de la France ?

Cette année, comme en 2013, la France se place au 26e rang en sciences, la matière principale évaluée, avec un score de 495 points. Elle est derrière l’Allemagne et la Belgique (plus de 500 points) et devant l’Italie (481 points). Cette étude révèle que la France a du mal à intéresser les collégiens aux sciences, alors qu’il existe un grand besoin de métiers à dominante scientifique. Dans le domaine des mathématiques, la France obtient le même classement que pour les sciences : 26e. Pour ce qui est de la compréhension de l’écrit, elle gagne quelques places et figure au 19e rang.

Pourquoi la France n’a-t-elle pas progressé depuis 2013 ?

Contrairement à d’autres pays qui ont su tirer les leçons de leurs mauvais classements de 2013, la France n’a pas progressé. Les nombreuses réformes qu’il y a eu depuis ces trois dernières années semblent n’avoir pas été efficaces. Par ailleurs, une des particularités de la France est que l’origine sociale joue un grand rôle dans la réussite scolaire, contrairement à d’autres pays : notre système scolaire n’arrive pas à effacer les inégalités entre les jeunes provenant de milieux simples voire défavorisés, qui ont globalement des résultats inférieurs à ceux provenant de milieu plus aisés.

Pour progresser, notre pays pourrait s’inspirer des pays asiatiques qui se situent dans les dix premières places : être plus exigeant dans la formation des professeurs et plus reconnaissant envers leur travail, avoir un enseignement des sciences plus concret et compréhensible pour les élèves et chercher à faire progresser les plus faibles.

 

 

Actuailes n° 61 – 14 décembre 2016

 

 




Imprimer