Logo
Le brouillard de la politique Trump au Proche-Orient

Le brouillard de la politique Trump au Proche-Orient

09-05-2017 à 23:11:09

Il y a deux mois et demi le président américain recevait à Washington son « ami » Benjamin Netanyahu, le Premier ministre israélien (en Israël, le Premier ministre dirige le pays). Le 3 mai, Donald Trump a accueilli à la Maison Blanche le président palestinien Mahmoud Abbas. Le président américain compte ainsi relancer les négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens.

 

Comme on le sait (Actuailes n° 57), obtenir une paix entre Israéliens et Palestiniens est une mission quasi impossible. Les Palestiniens réclament un État indépendant, composé de la Cisjordanie et de la bande de Gaza et avec pour capitale Jérusalem-Est. Or, les Israéliens occupent la majorité de cet espace et n’ont pas l’intention de céder.

Ce conflit dure depuis 1948. Soixante-dix ans de guerre…

Nombreux sont les chefs d’État américains qui ont essayé de mettre fin à ce conflit. Avant le président Trump, son prédécesseur, Barack Obama, s’y est aussi cassé les dents.

Malgré tout, Donald Trump veut tenter sa chance, à son tour. Y arrivera-t-il ? Rien n’est moins sûr. Surtout lorsque l’un des belligérants (se dit d’une partie faisant la guerre à une autre), c’est-à-dire Israël, ne semble pas véritablement chercher la paix.

De plus, Donald Trump paraît vouloir déplacer l’ambassade américaine en Israël à Jérusalem. Actuellement, elle est située à Tel-Aviv, la capitale d’Israël. Mais la majorité des Israéliens considèrent Jérusalem comme la capitale éternelle d’Israël. Déplacer l’ambassade américaine en Israël à Jérusalem reviendrait à aller dans le sens des Israéliens et à briser l’espoir des Palestiniens de faire de Jérusalem la capitale de leur éventuel futur État.

Ainsi, tout en annonçant vouloir mettre fin au conflit qui oppose Israéliens et Palestiniens, le président Trump entretient les sources de discorde. On dit que l’Orient est une région compliquée à comprendre. C’est vrai. Mais la politique de Donald Trump ne l’est-elle pas aussi ?

 

 

Actuailes n° 69 – 10 mai 2017

 




Imprimer