facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Le jambon, pas si bon ?

Le jambon, pas si bon ?

10-11-2015 à 14:33:39

Cette semaine, l’OMS* a publié des recommandations concernant la viande rouge (issue des muscles des mammifères comme le bœuf) et la viande transformée (fumée comme le jambon fumé, en salaison comme le saucisson, et autres procédés qui donnent du goût). Les viandes sont cancérogènes de façon certaine pour les viandes transformées, et probable pour les viandes rouges. On pense qu’une forte consommation de viande rouge peut aussi augmenter le nombre de cancers du pancréas, qui est une maladie encore plus grave. Des études récentes avaient également montré que les fruits et légumes traités par des pesticides entrainent des cancers et des problèmes cérébraux (du fonctionnement du cerveau), que l’eau de boisson peut contenir des substances mauvaises pour l’organisme, que le saumon de Norvège, gavé d’hormones pour grossir, présente aussi des risques pour la santé : en bref, on finit par regarder son assiette comme un danger et se demander de quoi on va la remplir !

Il est nécessaire de réfléchir calmement devant ces informations : la première évidence, c’est qu’il y aura toujours des cancers du côlon et du pancréas même sans viande rouge. Ils sont des facteurs de risque (ils augmentent le risque), pas les seules causes. La deuxième, c’est que consommer beaucoup de charcuterie augmente le risque de cancer, mais ce risque reste faible, alors que si je fume du tabac ou respire les particules des pots d’échappement, il est élevé : il y a 1 200 000 morts par an de cancer dans le monde à cause du tabac ou des particules fines, et 50 000 à cause de la viande rouge. Enfin, c’est la consommation excessive de viande qui fait augmenter le risque, et on sait déjà qu’il est préférable de varier les aliments apportant des protéines animales (viande, poisson, œuf…) : manger une à deux fois par semaine de la viande rouge suffit, ainsi que pour la viande transformée. Au-delà, pas de bienfait, mais des soucis ! Pour terminer, d’autres études ont montré que les protéines animales sont nécessaires à notre santé : ce ne sont pas nos ennemies !

Plus généralement, rappelons-nous que la nourriture se produit, se partage et se consomme, pour le bien et la joie des hommes : à chacune de ces étapes, il faut faire des choix. Voulons-nous produire plus vite des produits parfaits au prix de l’utilisation de produits dangereux comme les pesticides ? Sinon, comment pouvons-nous faire avancer les productions plus écologiques ? Nous voulons nous battre pour que notre eau, nos viandes soient toujours plus saines, mais nous préoccupons-nous de l’accès à l’eau, simplement l’eau potable, de près de 40 % de la population du monde qui en est privée, ce qui est la première cause de mortalité ? Et enfin, comment consommons-nous notre nourriture : avec raison, en profitant de ses saveurs, en écoutant notre corps qui la réclame, ou bien en mangeant sans faim et avec excès, ou encore en refusant de manger, par crainte ou habitude ? N’ayons pas peur de notre assiette, mais défendons-là, ainsi que celle de nos voisins !

 

 

*OMS : Organisation mondiale de la santé

*Cancérogènes : provoquent des cancers




Imprimer