Logo
Le sacre de Louis IX

Le sacre de Louis IX

29-11-2017 à 09:58:28

Un roi de 12 ans sur le trône de France…

Lorsque son père Louis VIII meurt le 7 novembre 1226, le futur Louis IX est trop jeune pour assurer lui-même le gouvernement du royaume. La régence est confiée à sa mère, la sage et habile Blanche de Castille, ce qui n’est pas du goût de certains grands vassaux qui se liguent pour l’évincer. Face à cette situation, Blanche de Castille se doit de réagir rapidement afin de préserver la stabilité du royaume et décide donc de faire sacrer le plus rapidement possible son fils.

L’intervalle fixé entre les funérailles du roi et le couronnement de son successeur s’étant écoulé, Reims, la ville des sacres, déploie ses splendeurs. Le 28 novembre 1226, le futur roi, parti de bonne heure de Soissons après avoir été adoubé (car le roi de France doit nécessairement être chevalier), arrive dans la ville où l’attend une foule immense.

Le lendemain, 29 novembre, premier dimanche de l’Avent, Louis est revêtu d’une chemise de toile très fine et d’une camisole de satin ouverte aux neuf endroits où doit se faire l’onction, puis d’une longue robe d’étoffe d’argent ; il se rend ensuite à pied jusqu’à la cathédrale, accompagné du clergé récitant les oraisons habituelles.

Dans la cathédrale, l’épée du sacre est confiée au comte de Boulogne. Jusqu’alors, elle reposait sur l’autel en son fourreau fleurdelisé, à côté de la couronne, des éperons, des bottines de soie azurée, du manteau royal, du sceptre et de la verge d’or surmontée de la main de justice d’ivoire, des chausses de soie violette, semée de fleurs de lys, et de la cotte d’armes de Philippe Auguste.

Puis, le glaive de Charlemagne passe des mains du comte de Boulogne à celles de l’enfant qui, revêtu des insignes de la royauté, porte à l’offrande le pain, le baril d’argent plein de vin, et les treize besants1 d’or d’usage. Il reçoit alors à genoux l’onction sainte et le prélat officiant, Jacques de Bazoches, lui pose sur la tête la couronne de son aïeul.

Le roi est sacré et les voûtes de la cathédrale retentissent des acclamations !

Ainsi, grâce à la fermeté courageuse d’une femme, Blanche de Castille, on avait, en l’espace de trois semaines, appris la mort d’un roi, célébré ses funérailles et sacré un autre monarque qui allait devenir l’un des plus grands rois que la France ait connus.

1.     Le besant est une pièce byzantine d’or ou d’argent. Le terme était souvent employé en Occident pour désigner le solidus, sou d’or de 4,48 grammes. Le chiffre treize symbolise Jésus et ses apôtres et ainsi le mariage du roi avec son peuple.

Clio

 

Actuailes n° 77 – 29 novembre 2017




Imprimer