Logo

Le Songe des trois rois mages - Gislebertus (XIIe siècle)

21-03-2018 à 09:39:41

Le sculpteur illustre, sur ce chapiteau1 de la cathédrale Saint-Lazare d’Autun, ce moment très précis de l’évangile selon Matthieu, à propos de l’enfance de Jésus :«  Ayant été avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin ».

Le sculpteur nous montre de manière symbolique les trois rois mages. Ils sont allongés sur un lit. Un peu naïvement, et sans souci de la perspective, ils sont placés l’un au-dessus de l’autre, couronne contre couronne. Il faut bien que le spectateur comprenne qu’ils sont rois ! Dans les églises de l’époque romane, les sculptures, comme les vitraux, servaient, en effet, à enseigner ceux qui passaient et ne savaient souvent pas lire. Toutes ces œuvres (chapiteaux historiés2, tympans, fenêtres…) étaient totalement intégrées à l’architecture du lieu et constituaient un véritable catéchisme à disposition de tous,  utilisant au mieux la place disponible.

Ces trois rois nous révèlent les trois âges de la vie : le plus jeune, imberbe, est encadré par l’homme mûr, moustachu, et le vieil homme, barbu. Ils reposent sur le même oreiller et sont recouverts de la même couverture arrondie aux plis figurés par des demi-cercles sculptés. Elle est bordée d’un décor de plusieurs rangées de petites boules percées, alignées comme des points de broderie.

Le roi du haut a les yeux ouverts, il vient d’être réveillé par l’ange qui, du doigt, effleure son auriculaire. Les ailes du messager de Dieu sont déployées. Il montre aussi l’étoile qui doit les guider vers le Messie. L’astre pourrait être confondu avec une fleur à huit pétales.

Ces savants, venus d’Orient, se laissent guider…

Trois fleurs stylisées sont représentées sur la partie basse du chapiteau. Comme pour l’évocation des mages, l’artiste ne manquait pas d’imagination.

1. Chapiteau : partie évasée située en haut d’une colonne, sur le fût.

2. Historié : qui porte des peintures ou des sculptures représentant des êtres animés, des scènes religieuses.

Sophie Roubertie

Actuailes n°82 – 21 mars 2018

 

 

 

 

 

 




Imprimer