Logo

Les Pèlerins d’Emmaüs Rembrandt (1606-1669)

18-10-2016 à 22:35:10

Peut-être vous souvenez-vous du tableau de Véronèse, traitant du même sujet ? Vous le retrouverez dans le n° 20 d’Actuailes. Dans l’œuvre de Rembrandt, rien de la magnificence de celle de l’artiste de la Renaissance italienne, peinte soixante-dix ans auparavant. Quelle merveille que deux artistes puissent tirer d’un même récit biblique deux versions aussi différentes !

 

Rembrandt représente l’instant précis où les hommes qui avaient marché avec Jésus après sa résurrection le reconnaissent, avec stupéfaction, à la fraction du pain. Tout se joue sur l’utilisation du clair-obscur : le Christ est dans l’ombre, alors qu’il est le personnage le plus important, mais il rayonne, éclairant le visage ébahi de l’homme assis en face de lui. Tout dans son mouvement trahit l’étonnement : son corps a un mouvement de recul, saisi sur le vif, le geste de ses mains semble vouloir le protéger, la bouche ouverte accompagne des yeux écarquillés. Placé au centre du tableau, c’est lui que l’on voit en premier. On distingue à peine le second pèlerin, agenouillé aux pieds de Jésus. Il a dû être tellement surpris qu’il en a fait tomber sa chaise.

En arrière-plan, une femme s’affaire, dans la même pièce que les trois hommes, mais comme extérieure à l’événement. Éclairée d’une lumière douce, comme en ombre chinoise, on n’en distingue que la silhouette. La palette est d’une extrême sobriété : le noir domine, les beiges, gris et ocres viennent, par contraste, donner toute sa luminosité à la scène. Sobriété aussi dans le décor. Presque rien ne vient perturber cette méditation sur la présence de l’Essentiel. Seul un sac accroché au mur rappelle que nos pèlerins avaient marché tout le jour à côté de lui.

 

 

Jusqu’au 23 janvier 2017, le musée Jaquemart-André nous invite à découvrir, autour des trois tableaux du maître issus de ses propres collections, d’autres œuvres de Rembrandt, prêtées par les plus grands musées du monde. http://musee-jacquemart-andre.com/fr/rembrandt-intime

 

Actuailes n° 58 – 19 octobre 2016

 




Imprimer