facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Marius, Fanny et César ou La trilogie marseillaise

Marius, Fanny et César ou La trilogie marseillaise

10-06-2015 à 23:39:44

Par quel bout commencer pour parler de l’œuvre théatrale romanesque et cinématographique de Marcel Pagnol ?* Tout est bon, tout est juste, gai et grave, drôle mais poignant... et toujours « avé l’assent » ! Et les adaptations successives de son œuvre ne font jamais l’impasse sur ces intonations et expressions toutes méridionales : Pagnol, c’est le thym, la lavande et les cigales, le franc parlé des honnêtes gens.

La liste de ses nombreux films est longue et puisqu’il faut choisir, prenons les choses par le début : la trilogie composée de Marius (1931), Fanny (1932) et César (1936). Dialoguiste et scénariste dans les deux premiers, Pagnol sera aussi metteur en scène dans le dernier.

César (interprété par l’irremplaçable Raimu) est le patron du Bar de la Marine, personnage haut en couleur, il ne laisse pas beaucoup de place à son fils (Marius) qui rêve d'aventures et qui finit par s'embarquer au grand malheur de Fanny, son amie d'enfance et de cœur. Les personnages sont truculents, excepté Fanny (interprétée avec l’accent parisien, on a du mal à la croire), mais ces hommes, car ce premier volet est une histoire d’hommes, n’ont  pas pris une ride. Dans la suite, Fanny décide d'épouser le vieux et riche Panisse... l’honneur est en jeu, mais Fanny est sans malice, et la scène où elle délivre son si lourd secret est d’une tendresse infinie. Oui, bien sûr, tout cela n’est pas très moral, mais c’est traité avec gravité... tout en restant sur le ton de la comédie : c’est là l’immense talent de Marcel Pagnol. Le dernier volet, César, permet, vingt ans après, une réconciliation générale, tout en larmes et en rires ! 

Pagnol est indémodable, on ne compte plus le nombre d’adaptations de ces romans ou de reprises de ses films. Encore très récemment, l’acteur Daniel Auteuil – qui avait été révélé au grand public en 1986 grace à Jean de Florette (adaptation) et Manon des sources (reprise de 1932) – a réalisé avec talent La fille du puisatier (2011, reprise de 1940), ou encore Fanny et Marius (sortis en 2013), mais très franchement, rien ne vaut l’original !

 

*né à Aubagne en 1895 et mort à Paris en 1974, dramaturge, cinéaste, puis surtout écrivain, il est élu à l’Académie française en 1947.




Imprimer