Logo
Mort d’Ali Abdallah Saleh

Mort d’Ali Abdallah Saleh

12-12-2017 à 19:47:13

L’assassinat de l’ancien président Saleh pourrait être un tournant dans la crise yéménite.

 

Comme vous le savez (Actuailes n° 47), ce pays subit une terrible guerre depuis 2014. Des rebelles chiites, appelés Houthis, combattent les forces gouvernementales, qui sont principalement sunnites. Les rebelles occupent la capitale Sanaa depuis 2015 et ont forcé le gouvernement à se déplacer dans le sud du pays, dans la ville d’Aden. Les Houthis sont soutenus par l’Iran et le gouvernement par l’Arabie saoudite, qui conduit quotidiennement des bombardements meurtriers sur les zones tenues par les rebelles.

Les Houthis s’étaient alliés avec un autre groupe armé que dirigeait Ali Abdallah Saleh, ancien président de la République, renversé en 2011, à la suite des révolutions arabes. Mais voilà que, depuis peu, Ali Abdallah Saleh essayait de négocier avec l’Arabie saoudite. Mécontents de cette « trahison », les Houthis ont décidé de mettre fin à sa vie le 5 décembre.

Le gouvernement yéménite et son soutien, l’Arabie saoudite, espèrent que cet événement est le signe d’une division sérieuse entre les rebelles et les partisans de l’ex-président Saleh. C’est pourquoi, quelques heures après l’assassinat de Saleh, l’actuel président, Abd Rabbo Mansour Hadi, a annoncé le lancement d’une opération militaire destinée à reprendre Sanaa. L’Arabie saoudite a, dans le même temps, intensifié ses frappes aériennes.

Face à la multiplication des bombardements aériens saoudiens, l’Iran a durci le ton et déclaré que « les Yéménites allaient faire regretter leurs actions aux agresseurs ». Plusieurs scénarios d’évolution sont possibles. Mais quoiqu’il en soit, c’est encore la population yéménite qui va payer le prix fort de cette nouvelle flambée de violence, qui n’a jamais véritablement cessé depuis 2014.

 

 

Abu Nuwas

 

 

 Actuailes n° 78 – 13 décembre 2017




Imprimer