Logo
Officier de gendarmerie

Officier de gendarmerie

04-04-2018 à 09:00:58

Les tristes événements de Trèbes ont magnifiquement mis à l’honneur Arnaud Beltrame. Mais connaissons-nous vraiment toutes les facettes de ce beau métier ? Frédéric, lieutenant-colonel de gendarmerie a accepté de répondre à nos questions.

 

Pouvez-vous présenter votre métier ?

Officier de gendarmerie est un métier aux multiples facettes. Le gendarme exerce le métier des armes, c’est-à-dire que c’est un militaire. Il est présent partout où l’on trouve des forces armées : sur le territoire métropolitain bien sûr, mais également outre-mer et à l’étranger (Mali, Afghanistan, par exemple).

Être gendarme, c’est aussi assurer la sécurité de ses concitoyens et la tranquillité publique. Cette mission générale du gendarme se décline en plusieurs spécialités qui contribuent au bien commun :

la sécurité routière (les motards) ;

la sécurité publique générale (c’est un peu les urgentistes ou généralistes de la gendarmerie : ils traitent des affaires du quotidien) ;

la police judiciaire (bien que l’expression emploi le terme « police », il s’agit bien de gendarmes qui travaillent sur les enquêtes les plus importantes et complexes. Ils peuvent agir en civil, sous couverture, procéder à des filatures et emploient des moyens techniques très sophistiqués pour traquer les malfaiteurs et les traduire devant la justice) ;

le maintien de l’ordre (ces gendarmes assurent le bon déroulement des grandes manifestations et certains d’entre eux sont également formés pour mener des interpellations sur des individus dangereux).

Enfin, il existe également nombre de spécialités très particulières en gendarmerie telles que l’intervention spécialisée (le GIGN, par exemple, pour les situations les plus dangereuses), pilotes d’hélicoptères, spécialistes de la haute montagne, plongeurs, spéléologues…

Être officier de gendarmerie, c’est, au-delà de tout ce qui représente le métier de gendarme, rechercher davantage de responsabilités, les assumer pleinement, commander des hommes et des femmes pour lesquels on se doit d’être exemplaire pour être reconnu comme un chef légitime. C’est avoir conscience des risques des missions et, par conséquent, des risques auxquels on est confronté dans son travail quotidien et des risques auxquels les personnes que l’on commande sont confrontés.

Quelles sont les dons particuliers ou les qualités qui sont importantes pour l’exercer ?

L’exemplarité et l’empathie sont des qualités primordiales de l’officier de gendarmerie. Les hommes et les femmes que l’on commande ne reconnaissent véritablement un supérieur comme leur chef que si celui-ci est compétent, irréprochable et humain.

Le courage est le deuxième pilier de nos valeurs. Le courage dans l’action bien sûr, mais le courage intellectuel également, c’est-à-dire ne pas hésiter à défendre une opinion, un point de vue.

Le goût de l’action est indispensable.

Le goût de l’effort enfin, physique et intellectuel, qui amène au dépassement de soi.

Qu’aimez-vous le plus dans votre métier ?

Ce que j’apprécie le plus dans mon métier d’officier de gendarmerie, c’est avant tout le sentiment de jouer un rôle prépondérant pour mon pays en contribuant à le rendre plus sûr. C’est aussi l’éventail très large des missions qui permet de ne jamais tomber dans la routine ou la monotonie. Et enfin, le fait d’être confronté à des réalités sociales qui sont parfois bien différentes de mon quotidien et qui (r)éveillent ma conscience en me rappelant dans quelle détresse peuvent être certains et combien notre mission de gendarme consiste à leur venir en aide.

Quels sont les moyens dont il faut disposer pour faire votre métier ?

Les voies permettant de devenir officier de gendarmerie sont multiples. Les concours externes sont ouverts aux titulaires d’un bac + 5 (Master II). Il existe des concours internes ouverts aux sous-officiers de gendarmerie (voir le site : www.lagendarmerierecrute.fr).

Les officiers de gendarmerie sont tous bien différents, tant par leurs parcours scolaires que par leurs expériences de vie. Leurs tempéraments sont donc très divers : expansifs, discrets, hyperactifs, calmes... Néanmoins, on retrouve chez eux des traits communs tels que le goût de l’effort, le dépassement de soi, le courage et l’amour de la patrie.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune motivé pour suivre votre voie ?

Le meilleur conseil que je puisse donner à un jeune motivé pour devenir officier – outre le fait de s’engager à fond dans ses études pour se donner les moyens de ses ambitions –, c’est de s’inspirer de l’exemple du colonel Arnaud Beltrame qui a toujours su que son métier d’officier de gendarmerie plaçait l’humain au rang des préoccupations essentielles.

 

 

Pour aller plus loin

La Gendarmerie pour les Nuls, œuvre réalisée par des gendarmes à l’attention du grand public pour expliquer de manière simple l’histoire et les missions de la gendarmerie.

Le musée de la gendarmerie, situé à Melun et jouxtant l’École des officiers de la gendarmerie nationale (ÉOGN). Des expositions à thème y sont également visibles et une boutique proposant des BD, livres et goodies de l’institution y est accessible.

Biographie et citations du sous-lieutenant Tom Morel, belle incarnation des valeurs de l’officier.

 

 

Gaëlle Iordanow

 

 

Actuailes n° 83 – 4 avril 2018




Imprimer