facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Pour se détendre

Pour se détendre

04-10-2016 à 23:00:51

Deux asticots se retrouvent

dans une pomme :

« Tiens ! Je ne savais pas que

vous habitiez le quartier ! »

 

Une jeune fille présente son fiancé

à ses parents.

Après le dîner, son père invite

le jeune homme à bavarder avec lui

dans son bureau :

« Alors, quels sont vos projets ?

– Je suis étudiant en théologie.

– Parfait, mais qu’avez-vous l’intention

de faire pour offrir à ma fille un foyer accueillant ?

– J’étudierai et Dieu y pourvoira.

– Et comment élèverez-vous vos enfants ?

– Dieu y pourvoira. »

Un peu plus tard, la mère demande

à son mari :

« Alors, comment cela s’est-il passé ?

– Il n’a ni travail ni argent, et je crois

qu’il me prend pour Dieu ! »

 

La maman d’Émilie n’est pas contente.

« Regarde, le lait a débordé, je t’avais pourtant demandé de regarder ta montre.

– Mais je l’ai fait : il était exactement 8h10

quand le lait a débordé ! »

 

À l’opéra :

« Papa, quel est ce monsieur qui fait peur à la dame en faisant de grands gestes ?

– Il ne veut pas lui faire peur,

c’est le chef d’orchestre.

      Alors pourquoi la dame crie-t-elle ?

 

Qu’est-ce qui fait la même taille que la tour Eiffel, mais ne pèse rien ? Son ombre

 

Des frères et sœurs se disputent :

« Quel âne !

– Tête de cochon.

– Espèce de dinde. »

Leur maman arrive et crie : « Oh, la ferme ! »

 

 

 

Pourquoi dit-on « une armée mexicaine » ?

 

Cette expression, un peu curieuse, désigne une situation

où les décisionnaires, les chefs, sont plus nombreux

que les exécutants.

Elle tire son origine dans la révolution populaire qui a eu lieu en 1910 dans ce pays d’Amérique centrale.

Pour grossir les rangs de l’armée révolutionnaire, on offrait souvent des grades à ceux qui s’engageaient aux côtés des deux chefs de cette rébellion qu’étaient les célèbres Emiliano Zapata et Pancho Villa. Cette armée comprenait alors trop d’officiers par rapport au nombre d’hommes à commander. Cette contradiction a engendré une forte désorganisation,

due aux ordres divergents des trop nombreux chefs et à l’incompétence de la troupe.

L’expression, en référence à ce chaos, s’est popularisée en France dans le courant

du XXe siècle, en particulier pour caractériser l’administration de notre pays.

 

 Actuailes numéro 57 du 5 octobre 2016

 




Imprimer