facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Présidentielle française : le premier tour vu d’Europe

Présidentielle française : le premier tour vu d’Europe

25-04-2017 à 22:44:56

La France est considérée dans l’Union européenne comme une des nations majeures, l’élection présidentielle qui se joue actuellement dans notre pays ne manque donc pas de retenir l’attention de nos voisins. Entre félicitations adressées à Emmanuel Macron et crainte pour l’avenir, tour d’horizon des principales réactions européennes.

 

Une Allemagne soulagée

Craignant par-dessus tout un second tour opposant deux candidats militant pour la sortie de la France de l’UE, c’est avec soulagement que la chancelière a fait transmettre ses félicitations au vainqueur du premier tour. Ce dernier, favorable à une UE forte et une économie sociale de marché, a les faveurs allemandes.

L’Italie et l’émergence d’un bipolarisme

Les Italiens analysent le résultat de dimanche comme favorisant l’émergence de bipolarismes en France : le social et le culturel par opposition au politique, ouverture sur l’étranger face au repli sur soi ou encore sentiment européen opposé au nationalisme. Seule La Ligue du Nord espère la victoire de la présidente du Front national.

Les pays nordiques entre optimisme et crainte

De tendance plutôt social-démocrate, l’Europe du Nord espère la victoire du leader d’En Marche dans deux semaines. Pour autant, ces pays ne masquent pas leurs craintes liées aux difficultés de rassemblement et de coalition pour bien gouverner une France en pleine fracture politique.

L’Espagne s’interroge sur la future majorité parlementaire

Soulagé par l’arrivée en tête du premier tour de M. Macron, considéré comme un pro-européen convaincu, l’Espagne demeure inquiète face au fait qu’il aura à fédérer une majorité parlementaire stable. En effet, s’affranchissant du traditionnel discours des partis de Gauche comme de Droite, le plus dur lui reste à faire : se donner les moyens de gouverner.

La Grande-Bretagne surprise par l’échec des partis traditionnels

En pleine campagne pour les élections législatives anticipées du 8 juin annoncée par Teresa May la semaine dernière, la Grande-Bretagne est restée assez silencieuse dimanche soir. En cas de victoire de M. Macron, cela risque d’augmenter les difficultés de négociations du Brexit face à une France et une Allemagne unies. L’absence au second tour des partis traditionnels – de Droite et de Gauche qui en Grande-Bretagne se partagent le pouvoir depuis près d’un siècle – est commentée par la presse britannique comme une nouvelle révolution française ou une humiliation.

Ainsi l’Europe attend avec autant d’impatience que la France elle-même les résultats définitifs. Rendez-vous le 7 mai.

 

 

Actuailes n° 68 – 26 avril 2017

 

 

 




Imprimer