Logo
Présidentielle française : le premier tour vu des Etats-Unis

Présidentielle française : le premier tour vu des Etats-Unis

25-04-2017 à 22:48:23

La France n’est pas connue de tous les Américains qui voyagent peu1 et dont l’intérêt pour le « reste du monde » est souvent limité. Pourtant, en raison des liens historiques qui lient nos deux pays et du poids reconnu de la France en Europe, les médias ont consacré de gros titres au premier tour des élections présidentielles françaises.

 

Alors que les Américains scrutent surtout les décisions de la nouvelle administration Trump pour leur pays et que les inquiétudes ne manquent pas sur la scène internationale (la Corée du Nord menace notamment de recourir à la force contre des « provocations » américaines), le président Trump a exprimé son intérêt en direct pour les élections françaises2.

De leurs côtés, les journaux soulignent les points suivants : le soulagement que l’Extrême gauche ait été disqualifiée au premier tour, le discrédit des deux partis traditionnels, la surprise de voir un inconnu, M. Macron, arriver en tête, surtout, les choix diamétralement opposés que les Français auront lors du second tour avec plus d’Europe et d’ouverture au monde sous différentes formes (économie comme immigration) du côté d’Emmanuel Macron, contre plus de souverainisme du côté de Marine Le Pen assorti d’une remise en question de l’Union européenne, de sa monnaie, de l’OTAN et un regain de protectionnisme économique. 

Si Barack Obama a soutenu Emmanuel Macron3, le président actuel pencherait davantage pour Mme Le Pen4 avec laquelle il partage des points communs : certains se sont atténués comme, par exemple, le souhait d’ouverture vers la Russie (désormais plus nuancé du côté américain, alors qu’il reste clair chez Mme Le Pen), mais des convergences demeurent, notamment le besoin de privilégier leurs citoyens et leurs économies nationales, de réguler l’immigration, de durcir la lutte contre le terrorisme5, en plus des critiques formulées par les deux à l’encontre des médias dénoncés comme partiaux.

Quels que soient les avis des Américains, il semble aussi, vu des États-Unis, que Mme Le Pen ne jouira pas de la chance que Trump a eu en étant élu à la plus grande surprise des médias et de la majorité des hommes politiques américains. Le 7 mai leur donnera-t-il raison ?

 

En 2013, plus de 50 % n’avait jamais quitté les États-Unis.

2 « Élections très intéressantes en France en ce moment » (President Trump, @realDonaldTrump : ”Very interesting election currently taking place in France” (4/23, 1005).

http://talkingpointsmemo.com/livewire/obama-calls-emmanuel-macron.

4 Rare candidat français l’ayant soutenu pendant les élections américaines.5 Trump a reconnu qu’elle était la plus forte sur la question des frontières et sur ce qui avait lieu en France, en référence à l’attaque terroriste sur les Champs-Élysées.

 

Actuailes n° 68 – 26 avril 2017

 

 

 

 




Imprimer