facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Qui veut apprendre en jouant avec moi ?

Qui veut apprendre en jouant avec moi ?

30-04-2015 à 16:10:56

À l’heure où vous lirez ces quelques lignes, je serai encore en vacances ! Et oui je sais, ça énerve, car beaucoup d’entre vous, et même la majorité d’entre vous, sont de retour sur les bancs de l’école !

Comme je suis quelqu’un d’assez compatissant, ainsi que vous l’aurez certainement remarqué, j’ai décidé de vous soutenir à ma manière ! Pour commencer, je me suis interdit de vous envoyer une jolie carte postale inondée de soleil et montrant de belles plages au sable doré (oui, parce qu’en plus, chez moi, c’est ce genre d’ambiance qui règne), car cela peut un tantinet agacer lorsque son horizon se limite à un tableau noir ! Non, pour mieux vous épauler dans cette dernière ligne droite avant les grandes vacances, j’utilise mes congés pour me cultiver un peu et, bien entendu, vous en faire profiter ! 

Comment associer la culture et les vacances, me demanderez-vous ?? Mais c’est très simple : avec le jeu « des mots qu’on savait même pas qu’ils existaient » ! Tel que son nom l’indique, ce jeu consiste à repérer dans la langue française un mot dont on ignorait absolument l'existence et de chercher à savoir ce qu’il veut bien dire et dans quelle situation on peut bien l’utiliser.

Allez, c’est moi qui commence : cela tombe bien, j’en ai un très beau sous le coude : « procrastination » ! Très beau mot définissant un syndrome très connu du genre humain : « le fait de remettre au lendemain », et ce mot est tellement joli qu’il a même sa journée mondiale rien que pour lui le 25 mars. Journée spéciale consistant à expliquer et à trouver des solutions pour la procrastination qui « est une défense immunitaire face à une société extrêmement rude, un moyen de se défendre des assauts du monde contemporain ». Car cette pathologie, figurez-vous, est le mal de notre siècle et engendre stress, dépression et même des faits divers ! Un exemple typique : la fameuse vente de deux Mistrals* à la Russie, dont vous avez certainement entendu parlé, que la France ne se décide toujours pas à conclure ou à annuler, mettant en jeu quelques millions d’euros est bel et bien un effet de procrastination qui touche même notre gouvernement !

Quand je vous disais que j’avais trouvé un superbe mot et vous allez voir qu’il va vous être très utile : en effet, ne dites plus « Oh je ferai mes devoirs demain ! », mais plutôt « Je vais faire de la procrastination » !

Allez, à vous de jouer…

*Mistral est un type de porte-hélicoptères et engins amphibies d’assaut de la marine nationale française faisant partie des bâtiments de projection et de commandement.

Marie Foliot




Imprimer