facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Solène, volontaire auprès des chrétiens d’Orient

Solène, volontaire auprès des chrétiens d’Orient

06-11-2015 à 15:58:11

Témoignage d’une volontaire revenant de mission humanitaire auprès des chrétiens d’Orient.

Solène, jeune Française, s’est portée volontaire pendant un mois pour aider les chrétiens d’Orient au Liban. Elle était en mission auprès d’un prêtre grec melkite catholique d’une paroisse du nord du Liban, dans un village chrétien très proche de la frontière avec la Syrie. Ce prêtre lui a confié la tâche d’enseigner auprès des réfugiés syriens qui occupent les camps précaires autour du village. Elle était ainsi au cœur du Moyen-Orient touché par le conflit syrien et au cœur de la vie des chrétiens d’Orient. Maintenant revenue en France, Solène souhaite témoigner de ce qu’elle a vécu afin de faire connaître à l’Occident ces chrétiens d’Orient plein de foi et de courage.

Solène, volontaire au Liban en temps que maîtresse de maternelle pour les réfugiés syriens.

 

Pourquoi êtes-vous partie au Liban ? D’où vous est venu le désir de cet engagement bénévole ?

J’ai marché cet été sur les chemins de Compostelle avec des pèlerins du monde entier, et c’est ainsi que je me suis aperçue de l’étendue et de la diversité à travers le monde de l’Église catholique. En revenant en France en septembre dernier, j’avais le désir d’aider gratuitement les chrétiens à garder leur encrage géographique. Aujourd’hui, les plus menacés sont au Moyen-Orient. J’ai donc choisi d’aller au Liban, car je voulais être en priorité dans un pays sûr. Et au-delà du calme apparent, ce pays se trouve au cœur du conflit syrien et des problématiques du Moyen-Orient, puisque vivent ensemble à la fois les Libanais musulmans, les Libanais chrétiens (majoritairement maronites et grecs-melkites), des réfugiés (Palestiniens et Syriens) et le Hezbollah qui est un acteur de ce conflit.

 

Dans quel état d’esprit êtes-vous partie ? 

Je suis partie en ayant à l’esprit d’aider les chrétiens du Moyen-Orient par des actions gratuites, simples et concrètes. Et puis, étant donné que depuis l’époque de Saint Louis et des croisades au XIIIe siècle, les liens entre les chrétiens d’Orient et Occident se sont un peu perdus, je souhaitais contribuer, à petite échelle, à retisser ces liens.  

 

Qu’est-ce qui vous a frappé sur place ?

Après avoir passé un mois avec ces chrétiens du Liban, deux choses m’ont le plus frappées chez eux. Premièrement, leur foi inébranlable qu’ils sont si fiers d’avoir. Je savais tout de suite lorsque j’étais sur une terre chrétienne parce que toutes les voitures avaient un chapelet autour de leur rétroviseurs ; parce qu’il y avait des croix partout, qui scintillaient la nuit (et éblouissaient même !) pour que nous n’oublions pas que nous étions chrétiens ; parce qu’il y avait des statues de Marie à chaque coin de rue, et un très grand nombre d’églises. La deuxième chose qui m’a frappée, c’est leur courage pour rester sur leurs terres malgré les menaces. J’ai fait ma mission dans un village chrétien à quinze kilomètres de la Syrie, et donc de L’État islamique. Tous les jours, j’entendais les tirs de kalachnikov et de roquettes dans les montagnes, à la frontière syrienne. J’ai beaucoup d’admiration pour le prêtre de ce village qui fait tout pour que les paroissiens restent malgré le danger très proche, alors que lui-même a failli être enlevé par L’État islamique l’année dernière. J’ai aussi beaucoup d’admiration pour trois religieuses qui vivent dans une ville 100 % musulmane et en plus de ça qui est le fief du Hezbollah. Un jour, en voulant leur rendre visite, je me suis perdue dans la ville, j’ai dû demander mon chemin, et j’ai été frappé de voir que tous les musulmans connaissent les sœurs, les appréciaient beaucoup et étaient ravis de me conduire à elles.

La classe de réfugiés syriens.

Une petite anecdote qui vous a marquée ?

Entendre une chrétienne libanaise de 9 ans me chanter en français avec fierté : « J’ai choisi l’amour du Seigneur, dans chaque chose ordinaire, alors je mettrai tant de cœur à les rendre extraordinaires. ». J’ai ainsi vu que les liens entre l’Orient et l’Occident commençaient à se créer ! Et qu’il me restait à apprendre un chant en arabe !

Une église chrétienne orientale.




Imprimer