Logo
Un (même) temps pour chacun

Un (même) temps pour chacun

05-04-2017 à 11:04:28

Alors que la campagne de l’élection présidentielle bat son plein, les média doivent respecter l’équité du temps de parole entre les candidats. Mais comment mesure-t-on le temps ?

 

Ce sont les Égyptiens qui, vingt siècles avant le Christ, divisent la durée de la nuit en douze périodes, qui correspondent à l’apparition de douze étoiles. C’est alors un moyen d’attribuer chaque moment de la nuit à une divinité. Puis, on retrouve six siècles plus tard les premières traces d’une division de la journée en douze périodes égales, appelées « heures ». L’invention de la minute et de la seconde sera faite ensuite par les Babyloniens.

Pour mesurer les heures, les Égyptiens ont inventé le gnomon, l’ancêtre du cadran solaire. Grâce à une baguette plantée verticalement dans le sol et à son ombre projetée sur des graduations, on peut mesurer la course régulière du Soleil. Mais comment faire en l’absence de soleil ? Les Égyptiens ont pour cela inventé la clepsydre, une sorte de sablier fonctionnant avec de l’eau. L’écoulement régulier de l’eau d’un premier vase vers un second à travers un petit trou permet de compter les heures en mesurant le niveau de l’eau sur le vase. Les Grecs l’utiliseront pour limiter le temps de parole lors des discours.

L’horloge mécanique munie de roues crantées apparaît bien plus tard au XIIIe siècle. La première horloge sonnant les heures est installée en 1336 sur un clocher de Milan. Mais ce n’est qu’au XXe siècle que la précision va être grandement améliorée avec l’horloge à quartz. Le cristal de quartz vibre très régulièrement, comme en musique un diapason donne précisément la note la. On sait que 32 768 vibrations du quartz sont égales à une seconde. En comptant les vibrations, grâce à une puce électronique, on peut ainsi compter les secondes.

Aujourd’hui, les horloges atomiques sont les plus précises, elles sont capables de mesurer des temps plus petits qu’un milliardième de seconde. S’il faut une telle précision aux satellites qui font fonctionner les GPS, celle-ci semble bien superflue pour mesurer le temps de parole des candidats…

 

 

Actuailes n° 67 – 5 avril 2017




Imprimer