Logo
US-661 La « rue principale » des Etats-Unis

US-661 La « rue principale » des Etats-Unis

18-10-2016 à 21:53:44

Le 11 novembre prochain marquera les 90 ans de la célèbre Route 66, symbole de liberté et d’aventure, presque aussi important pour les Américains que la statue de la Liberté.

 

Dans un pays où l’esprit pionnier est moteur, la création d’une route qui permettait de relier deux cœurs économiques, Chicago et Los Angeles (3 940 km)2 était une nécessité pour le développement du pays. L’US-66, ou « mère de toutes les routes », consista en une route pavée reprenant bon nombre des pistes utilisées par les chariots bâchés de la conquête de l’Ouest3, dont la « piste de pleurs ».

Lors de cet épisode tragique de l’histoire américaine de 1838, les Indiens cherokees sont forcés d’emprunter cette piste pour quitter leur région d’origine et rejoindre des réserves désignées par l’État ; un quart des 16 000 Indiens meurt durant le voyage.

Deux ans après la création de l’US-66, en 1928, un marathon de 5 500 km (de Los Angeles à New-York), organisé par un promoteur sportif, passe par la route 66 : des 199 coureurs au départ, 55 finissent. Le vainqueur a 20 ans et descend d’Indiens (ironie de l’histoire ?). Il remporte le prix après quatre-vingt-quatre jours : 25 000 dollars !

Dans les années 1930, un autre type de voyageurs se lance sur la Route 66 : les milliers d’Américains qui fuient le centre des États-Unis devenus un Dust Bowl (gigantesque bol de poussière) : la région est frappée par une sècheresse inédite qui s’ajoute à des vents puissants et des sols poussiéreux abimés par une exploitation excessive des terres.

Entre autres malheurs, des « tempêtes noires » (de terre)4, ou des invasions de sauterelles poussent 60 % de la population à quitter la région ; un bon nombre utilise la route 66 pour rejoindre l’Ouest à la recherche de travail.

Après la Seconde Guerre mondiale, la 66 devient le reflet de l’optimisme national en permettant à l’économie de se développer par le passage possible de nombreux camions et l’accueil des voyageurs professionnels ou vacanciers, pressés de goûter le soleil californien (une multitude de commerces, hôtels et stations-service ouvrent sur la route).

Hélas, depuis 1985, cette route vieillissante a cessé d’être une autoroute, rejoignant l’Histoire. Sa fin était prévisible : durant la 2de Guerre mondiale, un certain Eisenhower, observant de près les autoroutes allemandes qui révolutionnaient le trafic routier, fut convaincu de leur utilité. Devenu président des USA, il signa en 1956 la création du système d’autoroutes modernes des États-Unis (75 000 km) qui servirait tant la défense du pays par la facilité des mouvements militaires en cas de guerre que son essor économique par l’accélération du commerce routier et des emplois liés. La route 66 n’y contribuerait qu’avec d’infimes portions.

 

1. Le film Cars de Disney se déroule dans la ville de Radiator Springs créée à partir de nombreuses villes réelles situées sur la route 66 ; « Route 66 » devait être le titre du dessin animé.

2. Quatre fois la distance du nord au sud de la France.

3. La première conquête de l’Ouest a été un long phénomène de poussée de la population américaine vers l’ouest des États-Unis du XVIe au XIXe siècle.

4. Le 11 mai 1934, une tornade haute de trois kilomètres parcourut 3 200 km et frappa la côte Est au point que la statue de la Liberté et le Capitole furent presque invisibles !

 

Actuailes n° 58 – 19 octobre 2016

 

 




Imprimer