facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
L'UMP change de nom

L'UMP change de nom

01-06-2015 à 00:07:56

Apprendre avec l’actualité : l’UMP change de nom

 Vendredi 29 mai, le parti UMP a changé de nom pour s’appeler « les Républicains ». Ce changement a été proposé par le président du parti, Nicolas Sarkozy, et soumis à l’approbation des 213 030 adhérents*. Parmi eux, 97 440 personnes ont voté pour donner leur avis sur cette proposition (cela signifie que moins de la moitié des adhérents a participé au vote) et 83 % d’entre eux se sont prononcés favorables au changement de nom.

Pourquoi changer de nom ?

Fondé en 2002, l’UMP avait pour vocation initiale de rassembler les partis politiques de droite pour la campagne de l’élection présidentielle. Grâce à ces alliances, Jacques Chirac a été élu président de la République. Treize ans après, Nicolas Sarkozy estime qu’il faut changer de nom pour plusieurs raisons :

D’après la vice-présidente du parti, Nathalie Kosciusko-Morizet : « C’était une décision nécessaire et une façon de tourner la page de la guerre des chefs, des clans, des affaires ». Elle fait allusions aux nombreuses affaires judiciaires impliquant des membres de l’UMP, comme par exemple Jean-François Copé ou Brice Hortefeux, et donnant une très mauvaise image du parti. Le changement de nom doit permettre de faire oublier ces affaires et d’améliorer la réputation des hommes politiques de droite.

Par ailleurs, plusieurs personnalités de l’UMP, comme François Fillon, Nicolas Sarkozy, Bruno Le Maire ou Alain Juppé, ont régulièrement affiché des divergences d’opinion sur la manière de concevoir la politique. Ces querelles donnaient l’impression que l’UMP était un parti désuni, sans cohésion, ce qui pouvait décourager certains électeurs de voter pour eux. Le changement de nom vise donc à « repartir à zéro » et à redonner une unité au parti.

Enfin, en choisissant le nom « Les Républicains », Nicolas Sarkozy veut donner un signal aux électeurs de droite : le seul parti en accord avec les valeurs de la République et situé à droite est le sien. En faisant cela, il cherche à discréditer le Front national qui a, selon lui, des valeurs contraires à la République, et n’est donc pas républicain. En jouant sur ce mot, Nicolas Sarkozy cherche à dissuader des électeurs de voter pour le parti de Marine Le Pen et veut les inciter à voter pour lui.

*Un adhérent (ou un militant) est une personne qui soutient un parti politique et qui a payé un abonnement pour obtenir une carte de membre. Elle participe aux activités (collage d’affiches, organisation de réunions politiques, distribution de tracts…). Seuls les adhérents ont le droit de prendre part aux décisions concernant le parti politique.

 

Le savais-tu ?

Le Parti socialiste compte 131 000 adhérents ; le Front national 83 000 ;  le Parti communiste 70 000 ; et l’UDI (au centre) 37 355. Seuls les adhérents à jour de cotisation (c’est-à-dire ayant payé leur abonnement chaque année) ont été pris en compte.

 

François Senlis

Vous souhaitez réagir ? Contactez-moi : france@actuailes.fr !

 




Imprimer