facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro

Le paludisme reste l’un des premiers fléaux d’Afrique

14-06-2015 à 21:33:18

Cette maladie touche la plupart des pays chauds de l’hémisphère sud causant un million de victimes par an dont 90 % en Afrique. Le coût économique et social du paludisme est considérable : une famille pauvre africaine peut consacrer un quart de son revenu annuel à la prévention et au traitement du paludisme. Dans son dernier rapport, l’OMS montre qu’en Afrique subsaharienne, malgré une augmentation de la population de 43 %, le nombre d’infections par année a heureusement baissé. Il est tombé de 173 millions en 2000 à 128 millions en 2013.

Le paludisme est une maladie provoqué par un parasite (on parle de parasitose) transmise par les femelles d’une espèce de moustique, l’anophèle, qui provoque de fortes fièvres pouvant aller jusqu’à entrainer la mort. La cause de la maladie a été découverte en 1880 en Algérie par un médecin militaire français, Alphonse Laveran, qui reçut le prix Nobel de médecine en 1907.

Si on peut réduire les risques de contracter la maladie par des mesures simples ou la prise de médicaments préventifs, il n’existe en revanche pas de solution permettant aujourd’hui de venir à bout du paludisme. Parmi ces mesures simples figurent :

  • l’utilisation de moustiquaires imprégnées d’insecticides ;
  • les pulvérisations d’insecticides à l’intérieur des habitations.

La recherche scientifique mobilise d’importants moyens pour parvenir à la mise au point d’un vaccin.

 


Ebola

En Guinée, au Libéria et au Sierra Léone, le nombre de cas de victime d’Ebola tend à réduire mais ces trois pays ne sont pas encore venus à bout d’une épidémie qui a fait plus de 11 000 morts.


Négociations au Mali

Les rebelles Touareg et Arabes du nord du pays regroupés au sein de la Coordination militaire de l’Azawad (CMA) ont annoncé qu’ils se rendront à Bamako le 20 juin pour signer l’accord de paix censé ramener la paix.




Imprimer