Logo
Les cinq fruits du Rosaire

Les cinq fruits du Rosaire

03-10-2017 à 23:12:45

Le saint pape Jean-Paul II aimait dire à propos du Rosaire : « C’est ma prière préférée ». Il lui a consacré une lettre apostolique, intitulée Rosarium Virginis Mariæ. Puisque nous abordons le mois d’octobre, consacré à Notre-Dame du Rosaire, n’hésitons pas à lire ce texte d’un grand serviteur de la Vierge Marie et demandons-lui : quels fruits spirituels pouvons-nous retirer du Rosaire ? Il y en a cinq, nous dit-il : autant que les doigts de la main et que les lettres qui forment le nom béni de marie.

 

M en priant le Rosaire, nous faisons d’abord Mémoire, avec Marie, des mystères de la vie, de la mort et de la résurrection de son Fils. Si l’Écriture répète souvent « souviens-toi », « n’oublie pas », c’est qu’à l’égard des bienfaits de Dieu nous avons la mémoire courte. Le Rosaire nous guérit de notre amnésie spirituelle.

A : en disant le Rosaire, nous Apprenons les mystères du Christ sous la conduite de la meilleure des éducatrices : sa propre mère, celle qui l’a le mieux connu, à la fois sur le plan humain et sur le plan surnaturel. Dire le Rosaire, c’est se mettre à l’école de Jésus par Marie.

R : en récitant le Rosaire, nous acquérons peu à peu la Ressemblance de Jésus et de Marie, d’une manière simple et suave, par une sorte de fréquentation amicale. Le Rosaire est une conversation sur la terre avec le meilleur et le plus fidèle des amis, celui dont la fréquentation nous rendra heureux pour l’éternité.

I: dans le Rosaire, nous ne faisons pas que méditer et louer. Nous Intercédons aussi auprès de notre Père du Ciel, par les mérites de son Fils, en nous appuyant sur Marie, la « Toute-Puissance suppliante ». Le Rosaire est l’arme des grandes victoires de l’Église, comme autrefois à Lépante. Il est des grâces qui ne s’obtiennent que par le Rosaire. Pour faire reculer les guerres, convertir les pécheurs, délivrer les âmes du purgatoire, disons-le encore et encore.

E : enfin, le Rosaire est un puissant moyen pour Évangéliser, surtout quand nous le récitons en commun. Tous ne sont pas appelés à prêcher, mais par le Rosaire, les chrétiens s’édifient les uns les autres et attirent les grâces qui ouvrent les âmes à la prédication.

M comme « mémoire », A comme « apprendre », R comme « ressembler », I comme « Intercéder », E comme « évangéliser ». Tu as compris, n’est-ce pas ? Alors, saisis ton chapelet et qu’il ne te quitte plus jusqu’à ce que se lève pour toi « l’étoile du matin », annonciatrice du Jour sans fin.

 

Père Albert-Marie

 

Actuailes n° 74– 4 octobre 2017

 

 




Imprimer