facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
« Celui-ci est mon Fils bien-aimé »

« Celui-ci est mon Fils bien-aimé »

26-01-2016 à 22:23:21

Dans les jours qui suivent Noël, nous commémorons les événements de la vie de Jésus où il s’est manifesté comme Seigneur, qu’on appelle des « épiphanies* » : l’adoration des Mages, les noces de Cana, le baptême de Jésus dans le Jourdain.
Ce baptême, dont je veux vous entretenir, fut un événement exceptionnel. À cette occasion, le mystère de la Sainte-Trinité – le plus grand mystère de la foi chrétienne – s’est révélé à nous. En effet, alors que Jésus vient d’être baptisé et remonte de l’eau, les cieux s’ouvrent, le Saint-Esprit descend sur Lui comme une colombe et une voix venue du ciel se fait entendre : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, qui a toute ma faveur ».
Ensuite, le baptême de Jésus est le modèle de notre propre baptême. En accomplissant pour Lui-même ce rite de purification, Jésus invite tous les hommes à Le suivre pour renaître des eaux, c’est-à-dire pour renaître d’en-haut, par la grâce du Saint-Esprit. Jésus est sans péché ; point n’est besoin pour Lui d’être purifié. Tous les hommes (sauf la Vierge Marie) naissent, eux, avec le péché originel, tous ont besoin de ce bain qui purifie et régénère. En descendant dans le Jourdain, Jésus a montré aux hommes ce chemin, qui passe par les eaux et qui s’achève, si l’on est fidèle, au Ciel.
Mais Jésus, dans son baptême, a fait encore plus que cela. En descendant dans les eaux du fleuve, il a communiqué aux eaux sa puissance divine, il a rendu cet élément – l’eau – capable de faire naître à la vie de la grâce, c’est-à-dire à la vie divine elle-même. Sa chair sacrée a transformé l’eau pour en faire la matière d’un sacrement. De là vient la puissance de ce sacrement qui lave du péché originel et fait habiter dans l’âme du néophyte** les trois Personnes divines, Père, Fils et Saint-Esprit. Cela signifie que le baptisé qui vit selon la loi de l’évangile est le temple de la Trinité. Si nous vivons ainsi, nous pouvons dire en toute vérité, avec sainte Élisabeth de la Trinité : « Le Ciel, c’est Dieu et Dieu est dans mon cœur ». Voilà une grande vérité à méditer sans cesse !

* épiphanie : terme d’origine grecque signifiant « ce qui se manifeste ». Ainsi, quand Jésus change l’eau en vin à Cana, il « manifeste » par un miracle sa puissance sur les éléments, et donc sa divinité.
** néophyte : terme, venant du grec « nouvellement planté », qui désigne celui qui vient de recevoir le sacrement du baptême.

Actuailes n°45 - 13 janvier 2016




Imprimer