Logo
Actualité en Afrique

Actualité en Afrique

07-03-2017 à 23:08:42

Émeutes xénophobes en Afrique du Sud

Une manifestation anti-immigrés a été dispersée par la police mercredi 22 février dernier à Pretoria. Les manifestants répondaient à l’appel d’un collectif d’habitants des townships (bidonvilles) de la ville qui entendaient manifester contre la présence des étrangers accusés de voler le travail des Sud-Africains ainsi que de faire augmenter la criminalité dans le pays. Le président Jacob Zuma a appelé les manifestants ainsi que les immigrés à la plus grande retenue, inquiet du climat xénophobe qui règne dans le pays. L Afrique du Sud, dont l’économie était autrefois florissante, traverse, depuis bientôt dix ans, une crise économique qui voit le chômage exploser et les tensions sociales se durcir.

 

 

Mauvaise nouvelle dans la lutte contre le paludisme

La revue scientifique New England Journal of Medecine a publié mercredi 22 février un article annonçant le premier cas de résistance à la molécule artémisinine en Afrique. L’artémisinine est la molécule utilisée le plus couramment dans les médicaments pour guérir du paludisme. Elle est devenue ces dernières années la principale arme de la lutte contre le paludisme en Afrique, de par sa grande efficacité ainsi que son faible coût qui permet aux plus pauvres de se soigner. Les spécialistes craignent que la bactérie du paludisme ne devienne résistante à la molécule par mutation progressive et ainsi diminue son efficacité.

 

Le paludisme est une maladie transmise par les moustiques. Plus de 400 000 personnes dans le monde, principalement en Afrique subsaharienne, meurent chaque année de cette maladie. En Afrique, elle est responsable de bien plus de décès que le virus du sida. Elle se manifeste par de très fortes fièvres qui, si elles ne sont pas soignées à temps, peuvent entraîner la mort.

 

 

Visite de Fayez al-Sarraj à Moscou

Le chef du gouvernement d’union nationale libyen, Fayez al-Sarraj, a entamé mercredi 1er mars une visite à Moscou pour y rencontrer le chef de la diplomatie, Serguei Lavrov. Il vient y chercher un soutien russe quelques semaines après que Moscou a donné des gages appuyés à son principal concurrent le général Haftar en le recevant sur le porte-avion russe Amiral Kouznetsov qui croisait au large des côtes libyennes. Le général Haftar contrôle l’est de la Libye riche en pétrole, il s’est affirmé comme le nouvel homme fort du pays.Cette visite vient couronner la diplomatie russe en Libye et confirmer le rôle-clé de la Russie dans la résolution de la crise libyenne.

 

 

Actuailes n° 65 – 8 mars 2017

 

 

 

 




Imprimer