facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Afrique du Sud : l’administration de Jacob Zuma

Afrique du Sud : l’administration de Jacob Zuma

12-01-2016 à 16:02:39

Le dernier scandale en date a commencé mi-décembre lorsque Jacob Zuma a décidé unilatéralement de démettre de ses fonctions son ministre des Finances Nhlanhla Nene pourtant salué unanimement pour ses compétences. Il le remplace dans la foulée par un inconnu des milieux financiers, David van Rooyen, député du parti de Zuma, l’ANC, et fidèle d’entre les fidèles du président. La société civile sud-africaine ne tarde pas à réagir, lançant une campagne Twitter #zumamustfall (« Zuma doit tomber ») qui a recueilli plus de 100 000 « retweets » en quelques jours.
Les marchés se sont eux aussi affolés, et la monnaie sud-africaine, le rand, a chuté de 5,5 % en quelques heures seulement après la décision. Le propre parti du président, a lui aussi décrié cette décision qui nuit à l’image du pays sur les marchés internationaux en pleine crise économique et monétaire (le rand n’a cessé de se déprécier depuis plusieurs années). Même le Cosatu, le syndicat proche de l’ANC, a critiqué cette décision. Beaucoup expliquent le renvoi brutal de Nhlanhla Nene du fait de ses prises de position contre des projets pharaoniques soutenus par des proches de Zuma (l’achat d’avions Airbus par la compagnie sud-africaine South African Airways et le projet présidentiel de doter le pays de centrales nucléaires à l’horizon 2030).
Face à cette levée de bouclier générale, le président Zuma n’a pas eu d’autres choix que de revenir sur la nomination de David van Rooyen seulement quatre jours après en rappelant aux affaires Pravin Gordhan, ministre des Finances jusqu’en 2014 et dont le profil est beaucoup plus consensuel.




Imprimer