facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Alexander and the Terrible, Horrible, No Good, Very Bad Day.

Alexander and the Terrible, Horrible, No Good, Very Bad Day.

29-04-2015 à 15:03:57

Depuis la fin des années 80, les studios américains produisent des comédies familiales dont ils exploitent ensuite le succès jusqu’à l’usure (Chérie, j’ai rétréci les gosses, 1989 ; Maman j’ai raté l’avion, 1990 ...). Le ton est léger, la situation de départ improbable, la suite fantaisiste, et, quand l’enfant tient la vedette, il est souvent insupportable !

Le dernier film de Miguel Arteta (2014), adapté du roman de Judith Viorst, est plus ancré dans le réel. Alexandre a des parents parfaits, équilibrés, organisés et aimants. Sa sœur et son frère ainés sont des adolescents sympathiques et dynamiques, son petit frère ravit tous les cœurs, forcément, c’est le petit dernier, et même ses bêtises sont applaudies ! Difficile de trouver sa place au sein de ce paradis familial où chacun voit sa vie se dérouler parfaitement selon ses propres plans. Mal dans sa peau, Alexandre ne peut même pas compter sur ses quelques amis pour le soutenir : la veille de son goûter d’anniversaire, il apprend que le plus populaire des garçons de sa classe organise une soirée qui promet d’être inoubliable et chacun de ses camarades décline son invitation... Seul et déprimé, il va donc faire un vœu en soufflant sa bougie... et il va être exaucé au-delà de ses espérances !!

Gags en chaîne, situations cocasse, évidemment l’humour est parfois facile, voire un peu trop appuyé, mais le rythme est soutenu et Alexandre (Ed Oxenbould) attachant. Ses parents, interprétés par Steve Carell (qui prête son nez et sa voix à M. Gru dans Moi, moche et méchant, cf. Actuailes n° 30) et Jennifer Garner, endossent à merveille leur rôle, très sûrs d’eux et de leur choix d’éducation, mais pas forcément à l’écoute, trop occupés à gérer leur famille comme ils dirigeraient une entreprise. Cette « terrible journée » va permettre à chacun de se recentrer sur l’essentiel. La morale est limpide, c’est – Disney oblige – plein de bons sentiments, mais on ne s’y ennuie pas une seconde : en deux mots, c’est une authentique comédie familiale !




Imprimer