facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro

Autour de la Terre avec le Soleil

12-04-2015 à 22:23:23

C’est le défi un peu fou et ambitieux que se sont lancés deux ingénieurs suisses, Bertrand Piccard et André Borschberg, le 9 mars dernier en quittant Abu Dhabi.

Baptisé Solar Impulse, ce projet vise donc à effectuer le tour de notre planète en cinq mois à bord d’un avion volant grâce à des moteurs électriques alimentés à la seule énergie solaire. Le but des deux chercheurs helvètes est de promouvoir les énergies renouvelables, mais aussi de permettre de faire avancer la recherche dans le domaines des technologies de pointes – et l’énergie solaire en particulier. 

Un avion hors du commun

Solar Impulse est bien différent d’un avion de ligne traditionnel. En effet, pour pouvoir voler à l’énergie solaire, les ingénieurs ont dû mener des études très complexes pour résoudre les différents défis techniques qui se présentaient à eux, tels que puissance des moteurs, capacité de stockage des panneaux solaires ou encore le poids total de l’aéronef... Solar Impulse est aussi large qu’un Boeing 747 – l’un des plus gros avions de ligne long courrier – et pèse le même poids qu’une grosse voiture : 2 300 kg. Il vole enfin à une vitesse de croisière de 70 km/h soit dix fois moins qu’un avion de ligne ! Cet avion est vraiment unique et un réel défi technologique. Les vols durent en moyenne une douzaine d’heures et couvrent environ 1 000 km à une altitude de 8 500 m. Comme la cabine n’est pas pressurisée,  le pilote est équipé d’un respirateur à oxygène ainsi que d’un harnais-parachute en cas d’avarie qui les forcerait à quitter l’appareil en perdition.

 

Un parcours ambitieux au service de la protection de notre planète

Solar Impulse a pris son envol, après une période d’essais de presque quatre ans, depuis Abu Dhabi pour un tour du monde en douze étapes. Pourquoi des étapes ?

Il faut tout d’abord que le pilote puisse se reposer au sol : étant seul, il doit rester concentrer durant tout le temps de vol. Ainsi Bertrand et André doivent se relayer. 

Il faut ensuite que l’avion puisse être surveillé et contrôlé au sol par les ingénieurs et toute l’équipe technique pour s’assurer que tout va bien et que l’appareil ne subit pas de détérioriation. Il serait fâcheux, par exemple, que les batteries ne puissent plus se recharger au dessus de l’océan Pacifique ! 

C’est enfin l’occasion pour nos deux pilotes chevronnés de faire connaÎtre leur projet et de communiquer sur les enjeux des énergies renouvelables comme l’énergie solaire.

Arrivant de Mandalay (Birmanie), l’appareil s’est posé le 30 mars dernier en Chine. Il ne repartira que le 16 avril prochain pour l’étape de mi-parcours et avant d’entamer un vol délicat de plusieurs milliers de kilomètres au dessus de l’océan Pacifique entre l’est de la Chine et les îles de Hawaï. 

Ce défi est une grande aventure humaine, scientifique et technique encore jamais accomplie. Il est possible de suivre chaque étape, de regarder des vidéos ou des photos sur le site officiel : http://www.solarimpulse.com.
 

Nous leur souhaitons courage et succès !

 

 




Imprimer