facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
 Coup de tonnerre dans la politique libanaise

Coup de tonnerre dans la politique libanaise

24-01-2016 à 18:43:41

LIBAN

Coup de tonnerre dans la politique libanaise : la réconciliation des frères ennemis

Le 18 janvier, Samir Geagea, chef du parti chrétien des Forces libanaises (FL) a apporté son soutien pour l'élection présidentielle à Michel Aoun, ex-chef du Courant patriotique libre (CPL), l'autre grand courant chrétien.

Samir Geagea (à gauche) et Michel Aoun le 18 janvier dernier.

Nous l’évoquions dans notre numéro de décembre (Actuailes  44), le Liban est privé de président de la République depuis près de deux ans. Cette situation paralyse une partie de l’administration du pays car certaines lois doivent obligatoirement être signées par le président.

Au Liban, comme vous le savez, le président est nécessairement de confession maronite (cf. Actuailes n°  44). Or, les chefs des partis chrétiens sont très divisés depuis les années 1990. À cette époque, les différentes milices chrétiennes se sont menées une guerre extrêmement cruelle qui a laissé des blessures terribles dans les familles des communautés chrétiennes.

De plus, en Orient, il faut avoir des alliances pour parvenir au pouvoir et en particulier au Liban, il faut avoir des soutiens musulmans, chiites ou sunnites.

En décembre, Saad Hariri, le chef des musulmans sunnites, allié de Samir Geagea, avait préféré avancer le nom de Sleimane Frangié, trahissant ainsi son allié.

La réponse ne s’est pas faite attendre. Samir Geagea a apporté son soutien à son pire ennemi, Michel Aoun, ancien commandant de l’armée libanaise et fondateur du CPL, dirigé aujourd’hui par Gibran Bassil, le gendre de Michel Aoun. Le CPL est un allié politique du Hezbollah, le grand parti chiite du Liban.

Vue des jardins du palais présidentiel de Baabda, non loin de Beyrtouth au Liban.

 

C’est une vraie surprise et aussi un vent d’espoir qui souffle sur la politique libanaise. Beaucoup de gens appelaient à la réconciliation des chrétiens au Liban afin de maintenir une présence chrétienne forte en Orient.

Cette nouvelle situation affaiblit momentanément les positions sunnites soutenues par l’Arabie Saoudite et pourrait déboucher sur l’élection d’un président attendue de tous.




Imprimer