facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Crise entre l’Arabie saoudite et l’Iran

Crise entre l’Arabie saoudite et l’Iran

11-01-2016 à 14:39:47

Le 2 janvier 2016, l’Arabie saoudite procédait à l’exécution de quarante-sept personnes condamnées à mort pour des faits de « terrorisme ».

Parmi les condamnés, il y avait en effet de nombreux membres des groupes djihadistes violents tels que Al Qaeda ou Daesh. Mais il y avait aussi d’autres gens, beaucoup moins dangereux tels que le cheikh* Nimr al Baqr Nimr qui était emprisonné depuis 2012.

Nimr al Baqr Nimr en 2012 avant son emprisonnement.

Sa mort a provoqué une vague d’indignation dans tout le monde arabo-musulman.

L’Iran, pays dominé par les chiites a immédiatement rompu toute relation diplomatique avec le royaume saoudien et la coalition opposée à Daesh au Moyen-Orient est bien fragilisée car les alliés de l'Arabie Saoudite (les États-unis ou la France) sont choqués par ces exécutions.

 

Ce cheikh est un Saoudien de confession chiite** qui a critiqué très fermement la politique sectaire de la famille régnante (les Saoud). Cette famille promeut un Islam sunnite très rigoureux, le wahhabisme, qui considère tous les autres croyants comme des infidèles, voués à l’esclavage ou a l’isolement. Nimr défendait l’égalité devant la loi de tous les sujets du roi saoudien.

De nombreux observateurs n’ont vu dans la mort du cheikh Nimr qu’un réveil de la guerre millénaire entre chiites et sunnites. Il est important de constater néanmoins que de nombreux chefs religieux sunnites (au Caire, à Rabat) ont condamné cette exécution arbitraire. De plus, Nimr était Saoudien. Il est donc très probable que cette exécution ne soit qu’une façon pour le clan Saoud d’asseoir son autorité et se débarrasser d’un opposant très populaire dans la jeunesse du pays.

 

*Cheikh : se prononce « cheïr ». Il s’agit du titre que portent les dignitaires religieux chiites en particulier. C’est un titre très important car en Islam où la laïcité n’existe pas, les affaires temporelles sont confondues avec les affaires spirituelles. Par conséquent les chefs religieux sont tous de fait des chefs de parti ou des hommes politiques.

** Actuailes est souvent revenu sur la distinction entre l’Islam sunnite (majoritaire à 80 %, qui défend l’idée d’une autorité issue des compagnons du prophète) et l’Islam chiite (20 % des musulmans dans le monde, défenseur du souvenir de Ali, cousin et gendre de Mahomet, assassiné par ses opposants). Cette opposition entre les deux branches principales de l’Islam date de la mort de Mahomet, donc au tout début de l’expansion de l’Islam.




Imprimer