facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Électrifier l’Afrique, un projet fou ?

Électrifier l’Afrique, un projet fou ?

02-05-2015 à 11:59:04

Électrifier l’Afrique, un projet fou ?

L’ancien ministre français Jean-Louis Borloo, aujourd’hui retiré de la vie politique, s’est fixé pour mission d’aider l’Afrique à s’électrifier. Un projet ambitieux qui a du sens et qui répond à un véritable besoin puisque deux tiers des Africains vivent sans électricité donc sans lumière.

Vu du ciel, ou plutôt de l’espace, l’Afrique est de nuit un continent très peu éclairé. On distingue essentiellement les grandes capitales comme Le Caire, Abuja, Pretoria ou Abidjan. Seuls 25 % de l’immense territoire a accès à l’électricité, ce qui signifie qu’environ 600 millions d’Africains n’ont pas accès aux moyens de s'éclairer la nuit. En effet, rares sont les pays où le réseau électrique est suffisamment développé et permet à la population de bénéficier du confort que procure l’électricité; par exemple, pour travailler en rentrant du collège. De nombreux villages, également, se contentent d’un groupe électrogène pour faire fonctionner une télévision. Pourtant le continent dispose de ressources en grand nombre : de grands fleuves pour construire des barrages hydroélectriques, un ensoleillement important pour installer des panneaux solaires…

Jean-Louis Borloo a créé une fondation « Énergie pour l’Afrique » dont le but est d’investir 200 milliards d’euros sur les dix prochaines années pour électrifier tout le continent d’ici à 2025. Il explique avoir rencontré au cours des derniers mois plus de trente chefs d’État africains qui ont « tous soutenu » son projet.

Selon Jean-Louis Borloo, « c’est vital pour notre croissance, pour notre stabilité, et c'est un supplément d’âme pour l’Europe ». L’ancien ministre délivre plusieurs messages. D’abord, pour des raisons économiques, nous avons intérêt à voir l’Afrique se développer pour mieux commercer avec elle car elle sera un débouché important pour nos produits. Ensuite, comme il le précise par un jeu de mot, « obscurantisme et obscurité » sont la même chose, c’est-à-dire que les idées réfractaires à la modernité (comme le djihadisme dont nous avons déjà parlé dans Actuailes) se propagent parmi les populations les plus démunies et frustrées de ne pas bénéficier de conditions de vie satisfaisantes. Enfin, c’est une bonne démarche que d’aider l’Afrique, continent voisin de l’Europe.

Jean-Louis Borloo va même plus loin en expliquant que les nombreux migrants qui tentent quotidiennement de traverser la Méditerranée pour rejoindre l’Europe sont « en marche vers la lumière et l’énergie ».

Jean-Louis Borloo fut ministre de 2002 à 2010.




Imprimer