facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
L’héroïsme des gens ordinaires

L’héroïsme des gens ordinaires

20-09-2016 à 16:11:49

Il y a exactement 15 ans, avait lieu l’attaque terroriste la plus meurtrière de l’histoire.

Le 11 septembre 2001, les États-Unis sont frappés au cœur : 29961 personnes meurent. Dix-neuf2 membres du groupe terroriste Al Qaeda détournent quatre avions de lignes américains. Deux vont s’écraser sur les deux gigantesques tours du World Trade Center (ou WTC, 417 mètres) de New-York, un troisième sur le Pentagone à Washington, et le dernier dans la campagne à son nord.

Le souvenir de cette tragédie éclipse souvent des exemples exceptionnels de courage.

Welles Crowther a 24 ans. Employé de banque, il travaille au 104e étage d’une tour du WTC. Quelque minutes après qu’un avion ait percuté son gratte-ciel, il laisse un message sur le répondeur de sa maman : « Je veux te dire que je vais bien ». Il court ensuite au secours des personnes piégées dans l’immeuble : à travers les nuages de poussière qui envahissent le bâtiment qui va bientôt s’écrouler, et alors qu’il pourrait lui-même chercher à quitter le chaos, il aide de nombreuses personnes paniquées à sortir dont une femme qu’il porte sur quinze étages. Le corps de Welles sera retrouvé six mois plus tard dans les débris. Il restera pour ses proches et ceux qui l’honorent « l’homme au bandana rouge » : le foulard reçu de son père petit et qu’il avait utilisé pour filtrer l’air qu’il respirait. En recoupant de nombreux témoignages, la police reconnaîtra qu’il a sauvé au moins douze personnes. Pompier volontaire dans sa jeunesse, Welles avait décidé de tout donner pour sauver la vie des autres, sans compter.

 

L’histoire de deux pilotes d’avions de chasse est elle aussi incroyable. Après que deux des avions détournés aient atteint les tours, deux autres volent toujours ; il pourrait donc être nécessaire de les abattre pour éviter un plus grand nombre de morts s’ils parvenaient à s’écraser sur leurs objectifs3. Mais il y a un problème : les appareils alors disponibles pour se rapprocher au plus vite des avions pilotés par les terroristes ne sont pas armés. Perdre le temps de le faire pourrait être fatal. Heather Penney, 26 ans, et Marc Sasseville, son chef, décollent alors en urgence aux commandes de leurs F 16, conscients qu’ils ne pourront arrêter l’avion kamikaze4 qu’en le percutant au prix de leur propre vie. Ils s’entendent donc pour viser, l’un, le cockpit, l’autre, la queue de l’avion. Finalement, leur sacrifice n’est pas nécessaire car à bord de cet avion une autre forme de courage va en décider autrement : alors que les pirates en ont le contrôle, les passagers apprennent par téléphone la terrible nouvelle des attentats de New-York. Ils votent sur la réaction à avoir et décident de se battre contre les terroristes. La lutte est acharnée au point que l’avion devient incontrôlable, mais s’éloigne de ses possibles cibles et s’écrase en pleine campagne. Les passagers savaient qu’ils ne survivraient pas mais voulaient que l’avion ne tue personne d’autre.

Ce 11 septembre, des gens normaux avaient commencé normalement leur journée. Un événement brutal a sollicité l’engagement de certains, ils ont répondu présents !

 

1. 265 personnes dans les avions, 2606 dans les tours jumelles du WTC de New York et 125 au Pentagon qui est le ministère de la Défense américain. 6 000 autres sont blessées.

2. Quinze des dix-neuf étaient citoyens saoudiens, les quatre autres provenant des Émirats arabes unis, d’Égypte et du Liban.

3. Sans doute, la Maison Blanche, résidence du président des États-Unis ou le Capitole, lieu de travail et de réunion des élus américains.4. Ce mot signifie « vent divin » en japonais. Il s’agissait pendant la Deuxième Guerre mondiale de militaires japonais qui, pour détruire des bateaux américains, acceptaient de se suicider en s’écrasant dessus.

 

Actuailes n°56 – 21 septembre 2016

 

 

 




Imprimer