facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
La French

La French

10-04-2015 à 20:00:13

La French (à partir de 13 ans)

C’est un « polar » à la française, c’est-à-dire avec des personnages humains, sensibles, sans hémoglobine inutile et sans course poursuite spectaculaire. À l'inverse de l’Américain W. Friedkin qui avait récolté cinq oscars en 1971 avec le très violent French Connection. Gene Hackman y interprétait un policier américain venu enquêter, à l’américaine, sur les réseaux mafieux de la drogue à Marseille. Il faut savoir en effet que cette belle cité phocéenne a été une plaque tournante mondiale de la production et de la redistribution d’héroïne dans les années 1970. Le grand banditisme avait infiltré la ville, les règlements de compte sanglants et le nombre croissant des victimes de l’héroïne préoccupaient les autorités. C’est ainsi qu’en 1975 Pierre Michel, à peine nommé juge d'instruction, va être successivement chargé des affaires des mineurs, des stupéfiants et du grand banditisme. Il saura s’entourer d’hommes de confiance, comme l’agent Eliot Ness (Kevin Costner) dans Incorruptibles de Brian De Palma (1987), mais la réalité est plus dure... Intègre et acharné, Michel est l’acteur principal du démantèlement de la French Connection : il sera assassiné dans la rue, alors qu’il rentrait déjeuner chez lui.

Quarante ans après Le Juge de Philippe Lefevbre, interprété par Jacques Perrin (cf. Océans, Actuailes n° 24), Cédric Jimenez revisite cette période avec un duo frappant de justesse et de sincérité : Jean Dujardin (OSS 117, The Artist) y joue un juge plein d’humanité et, face à lui, Gilles Lelouch (Gibraltar, Actuailes n° 12) incarne parfaitement ce parrain de la pègre, avec sa violence et ses codes. Les seconds rôles ne sont pas oubliés, les décors et l’ambiance très bien reconstitués. Jimenez, dont c’est la deuxième réalisation, ne cherche pas forcement la vérité historique des faits, il nous raconte une histoire de truands, de mafia, de corruption, mais aussi d’hommes épris de justice... et c’est plutôt réussi !

 




Imprimer