facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
 La lutte contre l’islam radical au Sahel

La lutte contre l’islam radical au Sahel

22-11-2015 à 19:24:05

La France n’a pas attendu les attentats du 13 novembre 2015 pour lutter contre l’islam radical au Sahel. Le 11 janvier 2013, la France lance Serval, sa plus grande opération militaire depuis la fin de la guerre d’Algérie (1954-1962). Objectif : libérer le nord du Mali de la menace des djihadistes. L’opération Barkhane lui succède à l’été 2014 en s’étendant aux quatre pays voisins.

Vendredi 20 novembre 2015, des militaires français des forces spéciales ont aidé les militaires maliens à mettre un terme à la prise en otage de cent soixante-dix personnes par des djihadistes dans un hôtel de Bamako. Vingt-sept otages ont trouvé la mort. Cela rappelle à tous que les attentats de Paris ne sont qu’un épisode d’une plus grande confrontation. Que la France ne découvre pas.

Après avoir pris le contrôle total du Nord-Mali au cours de l’année 2012, différents groupes djihadistes décident de lancer une grande offensive vers le sud au début de l’année 2013. La réaction française est immédiate et inattendue : l’opération Serval va voir le déploiement de 4000 hommes. Les villes de Tombouctou et Gao son libérés dès la fin du mois de janvier. De très durs combats vont ensuite opposer les militaires français aux djihadistes dans le massif montagneux de l’Adrar des Ifoghas. Les djihadistes s’y étaient installés depuis plusieurs années, mais les services spéciaux français avaient une bonne connaissance des lieux. L’armée française est victorieuse : plusieurs centaines de djihadistes sont tués, blessés ou fait prisonniers. Désormais, l’ennemi se cache, évite le combat.

À l’été 2014, la force des Nations Unis, la MINUSMA, a presque achevé de se déployer au Mali. L’armée française réoriente son action sur la lutte contre les djihadistes en Mauritanie, au Tchad, au Burkina-Faso, au Niger et toujours au Mali : c’est le lancement de l’opération Barkhane dont le poste de commandement est à N’Djamena.

Barkhane compte actuellement près de 3500 hommes. Elle conduit des opérations pour débusquer les djihadistes, bloquer leurs convois de ravitaillement, trouver des caches en plein désert (parfois des voitures complétement enterrées sont trouvées). Des avions, des drones, des hélicoptères, des fantassins, des logisticiens sont impliqués dans cette opération dont la particularité est qu’elle se déroule sur un territoire grand comme l’Europe.

 

À lire : Opération Serval, du général Barrera, Seuil, 2015 (à partir de 14 ou 15 ans).




Imprimer