Logo
Le passeur de Lois Lowry

Le passeur de Lois Lowry

03-10-2017 à 21:12:45

Traduction de Frédérique Pressmann

École des Loisirs, collection Médium Poche, 2016 (première édition 1993).

224 pages. 6,80 euros.

 

Pour garçons et filles à partir de la 4e.

 

Imaginez un monde totalement aseptisé. Plus de couleurs, plus de saveurs, plus de sensation, de chaleur ou de froid, plus de neige, plus de soleil... Aseptisé aussi sur le plan affectif : plus de passion amoureuse, pas de haine, ni d’envie. Une petite pilule avalée chaque jour vous fait passer tout ça !

Dans cette société ultra cadrée, suivons Jonas, un garçon de 12 ans qui vit dans sa « cellule familiale » ainsi que le prévoit la règle : deux parents, un garçon, une fille, nés de mères porteuses.

Tout est prévu et décidé à la place des personnes dans cette organisation parfaite, idéale, égalitaire et harmonieuse, très lisse. Rien n’est laissé au hasard dès le début de la vie : les bébés conçus artificiellement et élevés jusqu’à 1 an dans des pouponnières sont affectés à un couple choisi par un comité des sages. C’est aussi l’âge où les enfants reçoivent leur nom. Dans ce monde-là, les personnes trop âgées, ainsi que les nouveaux-nés inaptes et les jumeaux, sont « élargis ». Personne ne sait exactement ce que cela veut dire. Ceux qui ne s’adaptent pas convenablement, qui dérangent l’ordre, eux aussi sont élargis vers l’« ailleurs ».

Peu à peu Jonas va découvrir qu’ils sont éliminés, généreusement écartés avec douceur, lors d’un rituel qui offre toutes les apparences de la sérénité, le rituel de « l’au revoir, au revoir »...

Dans la communauté, une seule personne détient véritablement le savoir : c’est le dépositaire de la mémoire. À 12 ans, les enfants se voient désigner leur métier, leur fonction dans la société, par le comité des sages. Le verdict tombe : Jonas sera le seul dépositaire de la mémoire collective dont sont privés les autres, tous rendus artificiellement amnésiques. Comme il a du bon sens et qu’il veut comprendre, il va découvrir tout le passé de l’humanité, quand les enfants naissaient dans les familles, d’un papa et d’une maman, les liens d’amour entre les générations, les couleurs, la souffrance aussi... et il va réagir !

Avec un immense talent, Lois Lowry nous fait découvrir notre propre monde à travers les bribes de souvenirs que Jonas reçoit comme des bouffées d’oxygène dans son monde à lui, parfaitement insipide. Ce roman offre un grand plaisir de lecture, doublé d’une réflexion sous-jacente sur le caractère totalitaire des sociétés « dites » idéales.

La réalité rattrape ces livres écrits à l’origine comme des fictions.

Le Passeur a reçu à sa sortie en 1993 une prestigieuse récompense aux États-Unis et d’autres prix en France. Il a été traduit et édité très vite en France à L’École des Loisirs qui le réédite toujours, maintenant en poche. On le trouve aussi dans la plupart des bibliothèques municipales. Il fait partie de la sélection de l’Éducation Nationale.

Plus facile à lire que 1984 d’Orwell ou Le Meilleur des mondes de Huxley (1932), Le Passeur, réédité en poche, est une excellente entrée dans le genre de la dystopie, ces mondes futurs imaginaires dont les pseudo qualités deviennent des fléaux et finissent par anéantir l’homme.

À l’heure où le champ des possibles en matière de procréation hors sol et de manipulation des masses s’élargit dangereusement, ce roman est un antidote puissant et tellement agréable à lire !

Jonas est attachant dans sa redécouverte progressive de tout ce qui faisait le monde d’avant, c’est-à-dire le nôtre, les couleurs, les odeurs, les sensations, l’amour, la mort, la naissance naturelle, le froid de la neige et la brûlure du sable en été… Il retrouve un esprit de résistance savamment endormi par la science.

À partir de là, se fissure le mur de verre enfermant sa liberté. À vous de découvrir comment et par quels chemins...

Une valeur sûre à avoir dans sa bibliothèque.

 

Retrouvez ce livre et une large sélection pour la jeunesse sur le site www.123loisirs.com.

 

Actuailes n° 74– 4 octobre 2017

 

 




Imprimer