facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Le résultat du premier tour des élections régionales

Le résultat du premier tour des élections régionales

07-12-2015 à 15:19:30

Le premier tour des élections régionales constitue un tournant dans la vie politique française : pour la première fois, le Front national (FN) arrive en tête d’une élection au niveau national, avec 28,2 % des voix, tandis que l’union Les Républicains (LR)-UDI-MODEM arrive second avec 27 % et le Parti socialiste (PS) est troisième avec 23,4 %.

L’abstention demeure élevée : 49,5 % des personnes inscrites sur les listes électorales n’ont pas voté. Ce chiffre est cependant légèrement inférieur aux élections de 2010 où il était de 53,6 %.

Le détail des résultats

Sur les treize nouvelles régions, le FN est en tête dans six d’entre elles : Alsace-Champagne-Ardennes-Picardie (candidat : Florian Philippot), Nord-Pas-de-Calais-Picardie (candidate : Marine Le Pen), Provence-Alpes-Côte-D’Azur (candidate : Marion Maréchal-Le Pen), Centre-Val-de-Loire (candidat : Philippe Loiseau), Bourgogne-Franche-Comté (candidate : Sophie Montel),  Languedoc-Roussilon-Midi-Pyrénées (candidat : Louis Aliot).

L’alliance LR-UDI-MODEM arrive quant à elle en tête dans quatre régions : Île-de-France (candidate : Valérie Pécresse), Normandie (candidat : Hervé Morin), Pays-de-la-Loire (candidat : Bruno Retailleau), Auvergne-Rhône-Alpes (candidat : Laurent Wauquiez).

Enfin, le PS est premier dans la région Bretagne (candidat : Jean-Yves Le Drian), en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes (candidat : Alain Rousset) et en Corse (candidat : Paul Giacobbi).

Que peut-il se passer au second tour ?

Pour rester au second tour des élections régionales, une liste doit obtenir au moins 10 % des votes exprimés. Si elle obtient un minimum de 5 % des votes, elle peut fusionner avec une autre liste du second tour. Certains partis ayant obtenu de faibles résultats, comme les écologistes (EELV) ou le Parti communiste (PC), peuvent donc décider de se rallier à un parti ayant réalisé un meilleur score et lui donner ainsi ses voix. Il est ainsi plausible que, dans plusieurs régions, le PS récupère les voix des deux partis cités précédemment. Mais il faut garder à l’esprit que les électeurs restent libres et ne sont pas forcés de suivre la consigne de report de voix.

De plus, un parti qui arrive en tête au premier tour n’a pas la garantie de remporter l’élection au second tour : ses adversaires peuvent décider de s’unir contre lui soit en fusionnant, soit par le désistement de l’un au profit de l’autre. Ce type de scénario pourrait s’appliquer dans les régions où le FN est en tête. Cependant, le désistement n’est pas une décision facile à prendre, car le parti qui fait ce choix n’aura aucun élu au sein du Conseil régional.

Enfin, l’attitude des électeurs qui se sont abstenus au second tour est également déterminante : s’ils décident de voter, les résultats pourraient être bien différents de ceux du premier tour.

Le scrutin reste donc très ouvert et son issue pourrait faire évoluer la vie politique française qui est depuis longtemps marquée par une alternance entre le PS et les LR-UDI-MODEM.

Nous vous encourageons donc à suivre le second tour et en discuter avec vos parents.




Imprimer