Logo
Le rêve d’Icare

Le rêve d’Icare

23-05-2017 à 19:58:06

Dans bientôt un mois, commencera à Paris le salon du Bourget. À cette occasion, Actuailes vous propose une excursion en compagnie des avions : pourquoi sont-ils comme nous les voyons ? Quels ont été les défis techniques des premiers pionniers du ciel ? Comment va-t-on toujours plus vite dans les airs ?

 

À la fin du XIXe siècle, les hommes savent vaincre leur poids qui les maintient sur Terre. Ils s’élèvent dans les airs grâce aux montgolfières, dont l’ascension est due à des gaz chauds. Mais ils rêvent de ne plus dépendre du vent et de voler où ils veulent...

 

La compétition est mondiale pour être le premier à mettre en œuvre un principe physique découvert un siècle plus tôt : une aile qui traverse l’air suffisamment vite s’élève, c’est la portance (on utilise le même principe sur les bateaux à foils : voir Actuailes n° 64). D’où les deux ingrédients de base pour construire un avion : un moteur pour donner de la vitesse, des ailes pour s’envoler. Et une première remarque : un avion ne s’appuie pas sur l’air, mais est comme aspiré vers le haut quand il se déplace !

Encore faut-il choisir la bonne dimension d’aile : trop petite, elle ne permettra pas de décoller, même en allant très vite, car sa portance dépend de sa surface. Trop grande, elle sera trop lourde ou trop fragile. Le premier avion a décollé équipé d’un moteur qui avait la puissance d’un gros scooter d’aujourd’hui ! Il faut donc construire léger et c’est pour cela que les premiers avions sont en bois, avec des ailes recouvertes de tissu.

 

Mais si un moteur et des ailes suffisent à voler, à quoi sert donc l’empennage, que l’on voit à l’arrière ? À se diriger, bien sûr ! La partie horizontale fonctionne comme de petites ailes qui permettent de changer l’équilibre de l’avion, pour qu’il pointe le nez vers le haut ou le bas et ainsi monte ou descende. La partie verticale permet, elle, de stabiliser l’avion et d’en diriger le nez dans une direction donnée.

 

Vous avez compris comment un avion décolle ? Ce n’est pas fini… À dans deux semaines pour découvrir tous les défis à affronter une fois dans les airs !

 

Malo du Bretoux

 

Actuailes n° 70 – 24 mai 2017

 

 

 

 

 




Imprimer