Logo
Marin, un héros hors du commun

Marin, un héros hors du commun

15-05-2018 à 22:51:07

Le 11 novembre 2016, Marin est attaqué par un garçon de 17 ans alors qu’il venait de défendre un couple dans la rue. Il est depuis lourdement handicapé. Le procès de son agresseur vient de se tenir.

Que s’est-il passé ?

Alors qu’il vient de fêter ses 20 ans, Marin se promène à Lyon. Il intervient courageusement pour prendre la défense d’un couple agressé par deux jeunes voyous. Il est alors être frappé plusieurs fois, puis laissé pour mort. Il restera plusieurs semaines dans le coma et aura quatre opérations du cerveau. Il devra ensuite réapprendre à manger, parler ou encore marcher. Il garde encore de lourdes séquelles et a « abandonné tout espoir de redevenir le Marin d’avant ». Son agresseur a alors 17 ans et a déjà commis de nombreux délits depuis l’âge de 11 ans.

Un héros très entouré

Marin a ému de nombreuses personnes. Ainsi, une page Facebook « Je soutiens Marin » est suivie par près de 200 000 personnes. Il peut y donner des nouvelles de sa rééducation ou raconter des moments de sa vie, bons ou mauvais. De plus, une association a récolté 250 000 euros afin de financer ses soins. Marin a également rencontré le pape en avril grâce au diocèse de Lyon. L’entretien a duré vingt-cinq minutes. Ils ont pu prier avant de parler du pardon ou de la vie avec un handicap. Enfin, Marin a reçu des mains du ministre de l’Intérieur la médaille d’or pour actes de courage et de dévouement.

Marin va essayer de pardonner, mais n’excuse pas

Marin attendait une réponse forte de la Justice. Mais cela n’a pas été le cas, car l’agresseur a été condamné à seulement sept ans et demi de prison au lieu des quinze ans qu’il risquait. En effet, comme il avait moins de 18 ans au moment des faits, sa peine a été divisée par deux. Il existe en France une justice pour les mineurs qui se base sur un texte de 1945 signé par le général de Gaulle. Cette justice repose sur trois principes essentiels :

 – l’éducation prime sur la répression, c’est-à-dire que la Justice considère qu’il faut à tout prix éviter la prison ou les amendes pour les mineurs ;

      les peines sont divisées par deux, comme dans le cas dans ce procès ;

      les mineurs doivent être jugés par des juges pour enfants.

Le cas de Marin n’est malheureusement pas isolé et amène à se poser plusieurs questions :– est-il normal que des mineurs puissent commettre des dizaines de délits sans jamais aller en prison ?– le manque d’éducation de certains parents doit-il être plus sévèrement puni ?– enfin, ne faut-il pas réformer la justice des mineurs qui peine à remplir sa mission, à savoir rendre des verdicts justes pour les personnes agressées et faire baisser les actes de délinquance ?

Au-delà de la déception de Marin, de sa famille et de ses avocats, nous retiendrons la dignité d’un garçon qui n’a écouté que son courage et qui se bat chaque jour pour retrouver des forces. Nous lui souhaitons un excellent rétablissement.

 

 

 

Julien Magne

Actuailes n° 85 – 16 mai 2018

 

 




Imprimer