facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro

Tres de Mayo Goya (1746-1826)

01-03-2016 à 21:49:04

Le tableau représente l’exécution du 3 mai 1808 par les troupes françaises des Madrilènes qui s’étaient révoltés la veille contre l’occupation de leur pays par Napoléon.

Au premier plan, sur la gauche, des hommes déjà morts baignent dans leur sang. À droite, les soldats napoléoniens, en uniforme, avec sac à dos et fusil à baïonnette, pointent leurs armes sur les prisonniers espagnols. Ils sont tous dans la même position, de dos, sans visages. Ils tirent quasiment à bout portant, et représentent la brutalité de la guerre, la violence sans âme.


Une lampe de parchemin, située au centre de la scène, renvoie une lumière crue qui éclaire un homme en blanc, à genoux, les bras en croix. Son regard est intense, d’un effroi mêlé à la tristesse. Le rapprochement avec l’image du Christ en croix est accentué par une marque sur la main rappelant les stigmates.

La lumière fait ressortir le blanc de sa chemise, symbole de la pureté, alors que les soldats restent dans l’ombre et que l’ensemble du tableau est traité dans des couleurs sombres.

Aux côtés de l’homme en blanc, un moine, reconnaissable à sa tonsure, accompagne de sa prière ceux qui vont mourir. Un homme, horrifié par la scène, se cache le visage.

Au second plan s’avancent les prisonniers espagnols qui savent qu’ils vont être les prochaines victimes du peloton d’exécution.

Le décor est simple, un talus, et, en arrière-plan, les bâtiments qui se détachent à peine sous le ciel noir sont ceux du palais Liria, situé dans la banlieue de Madrid. Goya n’hésite pas à faire preuve d’un grand réalisme pour nous montrer toute l’horreur de la scène et la souffrance de ces pauvres hommes.

Carte d’identité de l’œuvre
Date : peint en 1814
Taille : 2,66 m x 3,45 m
Technique : Huile sur toile
Lieu d’exposition : Musée du Prado, Madrid
Courant romantisme

 




Imprimer