facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Un métier : correcteur

Un métier : correcteur

10-09-2015 à 12:04:51

Pouvez-vous nous présenter votre métier ?

Je suis correctrice. Cela fait de moi, en quelque sorte, le premier lecteur d’un livre ou d’un magazine. Je suis aussi le candide qui s’étonne de tout, s’interroge à propos de tout, doute de tout. Je fais attention à ce que chaque mot soit écrit correctement, chaque virgule à sa place, chaque colonne de texte bien alignée ; je chasse l’ambiguïté dans les mots ou les expressions, les incohérences… Parfois je dois réécrire des textes, mais toujours en respectant la pensée de l’auteur et sans jamais trahir le contenu de l’ouvrage.

 

Quelles sont les dons particuliers ou les qualités qui sont importantes pour l’exercer ?

D’abord aimer lire et faire des découvertes ; aimer la langue française évidemment. Il faut savoir être rigoureux et opiniâtre : ce n’est pas parce que personne ne voit l’espace qui manque avant le point d’exclamation qu’il faut le négliger ! Mais rester humble : ne surtout jamais croire que l’on sait, que l’on est sûr... Et aimer se plonger dans un dictionnaire (ou plusieurs) pour vérifier… La curiosité aussi est indispensable.

 

Qu’aimez-vous le plus dans votre métier ?

Aucun texte ne se ressemble et l’on peut écrire sur des milliards de sujets. À chaque lecture, je découvre un monde nouveau et, comme je vérifie tout, en parcourant dictionnaires et Internet, j’apprends toute sorte de choses. Avec les moyens informatiques actuels, c’est un métier que je peux exercer chez moi, en m’organisant comme je l’entends.

 

Quels sont les moyens (études, expérience, tempérament) dont il faut disposer pour faire votre métier ? 

Pour ma part, j’ai fait des Lettres classiques : le latin et le grec m’aident beaucoup évidemment pour ce qui concerne l’orthographe. Une bonne connaissance de la grammaire et des structures de la langue sont nécessaires. Mais je serais incapable de corriger un essai d’économie ou le journal La Hulotte : mes connaissances ne suffisent pas. On peut donc être correcteur après des études de sciences, de droit, etc

 

Quels conseils donneriez-vous à un jeune motivé pour suivre votre voie ?

Il faut lire, lire, lire, et lire encore. Et pour s’habituer aux mots, en faire des amis, mais aussi pour engranger des connaissances… Humblement : on ne saura jamais tout, et il faudra vérifier tout de même. L’idéal, ce serait de faire un stage dans une maison d’édition ou un journal et suivre le correcteur.

 

Pour aller plus loin :

À ma connaissance, on peut apprendre ce métier grâce au Centre de formation des journalistes (cfj.fr) et au Centre d’écriture et de communication (centreec.com).

 

 




Imprimer