Logo
Vers une partition du Cameroun ?

Vers une partition du Cameroun ?

04-10-2017 à 10:11:25

Dimanche 1er octobre, la tension est à nouveau montée d’un cran dans les régions anglophones du Cameroun.

Les groupes séparatistes anglophones ont symboliquement déclaré l’indépendance de leurs régions et la création d’un nouveau pays, l’Ambazonie. Des groupes d’activistes ont tenté, parfois avec succès, de hisser des drapeaux « ambazoniens» aux emplacements symboliques tels que les mairies ou les préfectures. D’autres groupes ont attaqué un commissariat dont les gendarmes, en sous-effectif, ont ouvert le feu sur les assaillants. Les forces de l’ordre ont chargé les manifestants et plusieurs morts sont à déplorer.

Le président Paul Biya, au pouvoir depuis 1982, est sorti de son silence habituel pour appeler à l’unité et condamner les violences. Les régions du nord-ouest et du sud-ouest du Cameroun sont le théâtre d’une agitation grandissante depuis les premières grèves des enseignants anglophones à la rentrée 2016. La gestion à la fois attentiste et répressive de la crise par le pouvoir en place a exacerbé le ressentiment des populations, transformant une crise sociale en crise politique et sécessionniste.

 

Le saviez-vous ?

Le Cameroun est un pays d’Afrique centrale à majorité francophone, mais dont deux régions sont anglophones. En effet, à l’origine, le « Kamerun » était une colonie allemande que la France et la Grande-Bretagne se sont partagée à la défaite allemande de 1918. Lors de l’indépendance, une partie du « Cameroon » anglais a choisi de rejoindre le Cameroun francophone, l’autre partie préférant rejoindre le Nigeria voisin. Cette réunification fut officialisée un… 1er octobre 1961. On comprend mieux, alors, pourquoi les séparatistes ont choisi cette date anniversaire pour déclarer leur indépendance.

Sacha Balbari

Actuailes n° 74– 4 octobre 2017




Imprimer