Logo
Centrafrique : vers une sortie de crise ?

Centrafrique : vers une sortie de crise ?

22-05-2016 à 20:24:30

Centrafrique : vers une sortie de crise ?

Le déplacement de François Hollande en Centrafrique le 13 mai intervient alors que le pays sort péniblement d’une longue crise. Un président de la République élu est désormais à la tête du pays. Mais la route vers la réconciliation et le développement sera encore longue.

Le président Hollande et son ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, acccueillis à Bangui par le président Taoudéra.

François Hollande a rencontré à Bangui, la capitale centrafricaine, Faustin Archange Touadéra. Le but de cette visite était double. Il s’agissait d’abord de saluer le nouveau président centrafricain qui a été élu après un période compliquée de près de trois ans de guerre civile. Durant cette période, la France a déployé dans ce pays une force militaire baptisée Sangaris, du nom d’un papillon rouge. Cette force a depuis été rejointe par une mission des Nations unies : la MINUSCA. C’est-à-dire des soldats dit « casques bleus » qui ont pour mission de rétablir la paix au sein de la population. L’annonce du départ prochain de la plus grande partie de la force française était la seconde raison du déplacement du président de la République. La France estime en effet que les progrès enregistrés par le pays et la présence des casques bleus permettent ce désengagement. Il s’agit aussi de pouvoir disposer de plus de soldats français pour les autres opérations militaires en France ou au Sahel.

La situation en Centrafrique reste compliquée et instable. Les anciens adversaires, ex-Séléka et anti-Balaka, sont encore enclins à reprendre le combat. En outre, la Centrafrique reste un pays très pauvre, où il est compliqué de se déplacer et l’État peine à assumer ses responsabilités vis-à-vis de la population. D’ailleurs, la Centrafrique ne dispose quasiment pas d’armée, de police ni d’administration.


Un nouveau métro-tramway à Addis Abeba

La capitale de l’Éthiopie vient de s’équiper d’un métro-tramway, le premier en Afrique de conception moderne. La Chine en a financé la plus grande partie poursuivant ainsi une politique d’investissement sur le continent africain pour obtenir en retour un meilleur accès aux matières premières et aux terres arables dont elle a besoin pour le développement de son économie et nourrir sa population.


Daesh a besoin de pétrole en Libye

L’organisation de l’État islamique (Daesh) est implantée en Libye, dans la région de Syrte. À la différence de Daesh en Irak, l’organisation djihadiste ne dispose pas là d’un accès à la richesse que représentent les gisements d’hydrocarbures (gaz et pétrole). C’est pourquoi elle tente, pour l’instant sans succès, d’en prendre le contrôle.

Actuailes n° 53 – 25 mai 2016




Imprimer