facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Épidémie de printemps

Épidémie de printemps

08-06-2017 à 18:08:30

Ces derniers jours, beaucoup d’enfants nous ont été envoyés pour des vomissements, des maux de tête et une nuque raide et douloureuse. Lorsque ces symptômes se présentent, les médecins, comme les parents avertis, ont peur d’une méningite. Pourquoi cette crainte ?

 

Les méninges sont des membranes qui recouvrent l’ensemble du système nerveux central (= SNC), c’est-à-dire le cerveau et la moelle épinière. Entre ces deux membranes circule un liquide qui irrigue tout le SNC, qu’on appelle liquide céphalo-rachidien – de la tête et du rachis (= LCR). Ces méninges peuvent être infectées par un virus ou une bactérie : c’est une méningite.

Comme elles sont directement en contact avec le cerveau et les racines des nerfs, ces infections peuvent être très graves, entraîner un handicap voire la mort. Les premiers signes sont des maux de tête accompagnés de fièvre, une douleur de la nuque et du dos, une difficulté à supporter la lumière et le bruit ainsi que des nausées et des vomissements. Des signes moins connus sont les douleurs des jambes et l’apparition de petites taches rouges sur le corps, qui ne disparaissent pas lorsqu’on appuie dessus. C’est pour les rechercher que votre médecin examine toute votre peau quand vous avez de la fièvre.

La seule façon de poser un diagnostic certain de méningite est de pratiquer une ponction lombaire : on va prélever avec une longue aiguille du LCR entre deux vertèbres, au niveau du bas du dos, là où la moelle épinière est déjà terminée pour ne pas risquer de la blesser. S’il y a une méningite, le LCR, qui est en contact avec les méninges, va transporter des globules blancs (qui nous défendent contre les infections), la bactérie ou le virus responsable, puis du sucre ou des protéines dont le taux varie en fonction de la présence ou non d’une infection.

Chaque année, au printemps, nous avons des épidémies de méningite à entérovirus : cette catégorie de virus donne des infections douloureuses mais bénignes (sauf cas exceptionnel) : tous les signes de la méningite sont présents, mais le patient n’a pas de trouble de la conscience, son état est stable, sa tension reste correcte. Dans le LCR, on retrouve les caractéristiques d’une infection, mais virale (certains types de globules blancs, un peu plus de protéines et un taux de sucre normal). Dans ce cas, il n’y a aucun traitement particulier à part le repos et des médicaments contre la douleur, et faire attention à la contagion en isolant le patient.

Dans certains hôpitaux, quand l’évolution ressemble beaucoup à une méningite virale, on ne fait même pas de ponction lombaire. En revanche, si on a un doute avec une méningite bactérienne (d’autres types de globules blancs, chute du sucre dans le LCR et parfois même on trouve la bactérie), on mettra tout de suite en place un important traitement antibiotique, par perfusion, et le patient sera surveillé de près, car ces maladies peuvent très mal évoluer.

Si vous avez de la fièvre et mal au dos, n’hésitez pas à consulter !

 

Anne-Sophie Biclet

 

Actuailes n° 71 – 8 juin  2017

 

 

 




Imprimer