Logo
L’Europe et l’économie mondiale

L’Europe et l’économie mondiale

24-01-2017 à 19:48:04

Cette semaine, comme tous les ans à la même époque, les Alpes suisses ont retenti du bourdon des hélicoptères et des réacteurs de jets privés. En effet, du 17 au 20 janvier dernier, quelques 2000 personnes issues de l’élite mondiale de la finance, de l’économie, des médias et de la politique se sont retrouvées dans la célèbre station de sport d’hiver de Davos pour y participer à la conférence annuelle du Forum économique mondial.

Le Forum économique mondial est une association basée en Suisse, qui rassemble tous les ans les principaux dirigeants de la planète autour de discussions visant, d’après sa devise, à « améliorer l’état du monde ». Et cette année, les discussions étaient placées sous le signe de l’angoisse liée aux changements majeurs qu’a connu le monde occidental en 2016.

En effet, l’élection imprévue de Donald Trump et sa volonté de remettre en cause la mondialisation économique font craindre à la Chine une baisse de ses recettes d’exportation. C’est bien cette crainte qui a fait se déplacer pour la première fois un président chinois à Davos en la personne de Xi Jinping, également chef du Parti communiste chinois, lequel a plaidé pour continuer la mondialisation du commerce engagée depuis vingt-cinq ans.

De même, les participants ont largement commenté le discours du Premier ministre britannique Theresa May qui a confirmé le 17 janvier dernier qu’elle allait initier le divorce d’avec l’Union européenne sur des bases très fermes. Theresa May s’est ensuite elle-même rendue le 19 janvier à Davos pour expliquer le Brexit aux participants du Forum.

Les élites de l’économie mondiale sont désormais convaincues que le monde a changé ; la domination unilatérale américaine appartient au passé et la planète compte à présent plusieurs nouvelles grandes puissances au rang desquelles la Chine et la Russie.

Des responsables de l’UE ont discuté à Davos de ce que pourrait être la place de l’organisation européenne dans ce groupe des puissances mondiales. En effet, l’UE est confrontée au mécontentement croissant des Européens (les principaux partis eurosceptiques et souverainistes se réunissaient d’ailleurs le 21 janvier à Coblence dans un « contre-sommet européen »), au retrait souhaité par Donald Trump des armées américaines du continent européen et au rapprochement entre le Royaume uni et les USA qui entendent renforcer leur « relation spéciale » par un accord commercial prochain.

Actuailes n° 63 – 25 janvier 2017

 

 




Imprimer