Logo
L’heureuse élue !

L’heureuse élue !

30-01-2018 à 22:52:20

À peine entrés dans la petite salle qui nous est réservée, nous ne voyons qu’elle et son immense sourire. Ça commence bien ! Dominique Pérot semble aussi sympathique que ses personnages…

 

D’où vous est venue l’envie d’écrire ?

J’ai toujours écrit (poésie, petits essais, réflexions…), mais c’est au lycée que j’ai ressenti plus fortement l’envie d’écrire un roman. J’ai rédigé quelques phrases et j’ai su que mon roman commencerait ainsi !

C’est devenu plus concret encore après la naissance de mon premier neveu et filleul, Augustin. C’est vraiment à travers lui que cette envie a pris chair, inconsciemment. Et c’est ainsi qu’est né le personnage d’Arthur. Lors de l’écriture de L’Île d’Arthur, personnage et filleul avaient le même âge, de même lorsque j’ai commencé Jade : portée disparue !, Augustin et Arthur avaient 17 ans tous les deux.

 

Ainsi c’est d’abord pour les jeunes que vous aviez envie d’écrire ?

On a l’impression de prime abord qu’il est plus facile d’écrire pour les jeunes. C’est faux : c’est un public exigeant. En écrivant pour eux, je suis devenue plus rigoureuse, j’ai appris à mieux façonner mes dialogues, à rendre ma plume plus vivante, à utiliser une langue riche, précise.

Comme je sais qu’à cet âge les jeunes ont besoin de repères et d’enthousiasme, la toile de fond de mon histoire est essentielle. Je veux essayer de leur transmettre des valeurs familiales, chrétiennes et, par-dessus tout, l’Espérance !

Je me suis attachée, dans Jade : portée disparue !, à écrire aussi bien pour les garçons que pour les filles. Ainsi, par exemple, j’ai expérimenté un vol dans un petit avion, avec un instructeur, pour connaître les détails techniques dont j’avais besoin pour « faire voler » Arthur.

 

Quelle connaissance aviez-vous jusque-là de la littérature jeunesse ?

J’avais fait partie, deux années durant, du comité de lecture de la collection « Défi » chez Téqui, la maison qui édite mes romans. Grâce à cela, je savais quels étaient les besoins de l’éditeur et ce que les adolescents aimaient lire.

Et grâce au fait d’avoir été cheftaine de guides, puis d’avoir animé des ateliers d’écriture dans des écoles, j’ai appris à mieux les connaître et à écrire pour eux.

 

Nous sommes tous impatients de savoir quand va sortir votre prochain livre…

Le prochain livre est commencé, mais j’ai peu de temps disponible, donc ce ne sera pas pour tout de suite. J’ai besoin d’être « au calme » pour me concentrer sur mes personnages. En tout cas, ce sera dans un univers très différent…

 

Que comptez-vous faire avec le prix des lecteurs ?

Concernant le généreux chèque qui m’a été remis, je ne sais pas encore comment il sera employé, mais ce sera en tout cas pour une « cause » familiale, sans doute pour l’avenir de notre petite fille de 9 mois…

 

 

Alix de Marcillac 

 Actuailes n° 80 – 31 janvier 2018

 

 

 




Imprimer