facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Le Tricheur à l’as de carreau Georges de La Tour (1593-1652)

Le Tricheur à l’as de carreau Georges de La Tour (1593-1652)

24-01-2017 à 20:58:25

Ils sont autour d’une table. Une table de jeux où l’on joue gros : les pièces sur la table en témoignent. Mais tout n’est pas aussi clair que l’or des mises. Les regards en coin des femmes sont suffisamment équivoques pour que l’on soit bien certain qu’il n’y a pas que l’homme qui est dans le coup, tirant d’un air détaché un as de carreau de sa ceinture.

Seul le garçon assis à droite n’y voit que du feu. Son regard benêt, son vêtement trop riche le signalent comme la victime idéale de cette bande de voleurs. La lumière éclaire le dos du tricheur et ses cartes cachées laissant son visage dans l’ombre. D’une main, la servante apporte un verre de vin clair ; de l’autre, elle porte une bouteille entourée de jonc.

 

 

La femme assise au centre est habillée d’une riche robe de velours à très large décolleté, ornée de crevés* sur les manches et d’une toque ornée d’une plume. Elle porte de nombreux bijoux, en particulier des perles. De sa main droite, elle semble s’adresser au tricheur, qui ne voit pas son geste. Les détails de ces quatre mains mettent en évidence l’harmonieuse composition du tableau où chaque détail a sa place. Les mains des complices se trouvent ainsi rapprochées, comme pour insister sur leur connivence. Dans la palette de couleurs, les peaux sont très blanches et les rouges variés sont mis en valeur par les nuances de beiges.

 

Le vêtement du jeune berné est une splendeur d’argent, de broderies et de rubans. Il a apporté à sa tenue un soin qui apparaît bien excessif dans le contexte du tableau. Tout à son jeu, il ne devine rien… Comme il est naïf ! Ses traits sont mous, sans énergie. Fier de sa richesse, il la porte avec ostentation, attirant la convoitise des filous qui l’ont entraîné au jeu.

 

 

 

 

 

Crevé * : fente pratiquée dans un vêtement ou une chaussure, laissant apparaître une chemise ou une doublure (nous en avions déjà vu dans un portrait de François Ier, Actuailes n° 40).

 

Actuailes n° 63 – 25 janvier 2017




Imprimer