facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
 Les fonctionnaires battent le pavé

Les fonctionnaires battent le pavé

17-10-2017 à 20:40:40

Les neuf fédérations syndicales appellent à manifester afin de marquer leur désaccord face au projet de réforme de la fonction publique porté par le pouvoir exécutif.

Le président Macron engage ses réformes sur un rythme effréné. Après les dispositions concernant la réforme du Code du travail en septembre, il récidive ce mois-ci avec un projet de loi visant la fonction publique.

La réaction est immédiate. Pour la première fois depuis dix ans, l’ensemble des fédérations syndicales du pays fait front et appelle à des manifestations dans toute la France. Ce sont ainsi des centaines de milliers de policiers, d’enseignants, de personnel des ministères et hospitalier qui battirent le pavé le 10 octobre pour manifester leur mécontentement face au projet de réforme porté par Emmanuel Macron et le gouvernement.

Pour comprendre l’origine de cette discorde, il faut remonter au programme présidentiel du candidat Macron et à son analyse de la fonction publique en France. Selon lui, le statut des fonctionnaires n’est plus adapté à la réalité de notre économie et aux contraintes qui pèsent sur le budget de l’État. En conséquence, il est nécessaire d’appliquer un mode de gestion inspiré du secteur privé en introduisant notamment la notion de contrat en lieu et place du statut de fonctionnaire à vie, une évaluation plus claire de la performance, la diminution du nombre de postes.L’actuel projet de réforme illustre cette nouvelle vision de la fonction publique et plusieurs dispositions font l’objet de points de discorde pour les syndicats et les manifestants. Tout d’abord, le projet du gel de point d’indice1 en 2018 constitue une baisse de pouvoir d’achat pour les fonctionnaires selon les fédérations syndicales.

Deuxième point d’achoppement, la suppression de 120 000 postes dans la fonction publique sur la durée du quinquennat, principalement par le non remplacement de fonctionnaires partant à la retraite. Les opposants voient dans cette coupe d’effectifs des contraintes et de réelles difficultés à assurer leurs missions de service public dans des secteurs où le manque de personnel se fait déjà sentir.

Autre sujet de désaccord : le rétablissement du jour de carence, disposition supprimée sous la présidence de François Hollande. Cette mesure stipule que le premier jour d’un arrêt maladie ne sera pas payé au fonctionnaire, ce afin de dissuader les arrêts répétés de courte durée.

Enfin, les manifestants voient dans la prévision de hausse de la CSG2 au 1er janvier 2018 une différence de traitement avec les salariés du privé qui, eux, verront en contrepartie une baisse significative de leurs charges sociales.

1. Le grade et l’échelon déterminent le nombre de points d’indice auxquels un fonctionnaire peut prétendre. Pour tenir compte de l’inflation, la valeur du point d’indice est revalorisée tous les ans, lors de négociations salariales entre le gouvernement et les syndicats de fonctionnaires (définition Wikipedia). 2. La « contribution sociale généralisée » est un impôt qui participe au financement de la Sécurité sociale. Il est prélevé notamment sur les salaires et les retraites.

 

 Mikaël de Talhouët

 

  Actuailes n° 75 – 18 octobre 2017




Imprimer