Logo
Shutdown aux USA

Shutdown aux USA

30-01-2018 à 22:07:12

Ou quand l’État américain n’a plus d’argent pour payer ses fonctionnaires…

 

Un budget difficile à boucler

Alors que Donald Trump célébrait le premier anniversaire de son arrivée à la Maison Blanche, un grain de sable est venu gâcher la fête. En effet, le budget des États-Unis doit être adopté par soixante sénateurs sur cent. Or, Donald Trump ne peut compter que sur cinquante et un sénateurs républicains, c’est-à-dire de son camp. Les démocrates, ses opposants, ayant voté contre son budget, ce dernier a été rejeté. Un compromis a finalement été trouvé le 22 janvier afin d’assurer le financement de l’État jusqu’au 8 février. Depuis, les négociations battent leur plein.

 

Des conséquences étonnantes

Sans argent pour payer ses agents, l’État a demandé pendant trois jours à 800 000 fonctionnaires jugés « non-essentiels » de rester chez eux. Les administrations, par exemple les services fiscaux, tournaient au ralenti. Quant aux 1,4 million de militaires, y compris ceux en opérations, ils ont continué leurs missions, mais sans être payés ! Difficile à imaginer en France…

 

Comment en est-on arrivé là ?

Donald Trump souhaite un budget ambitieux qui respecte ses promesses de campagne, en particulier l’augmentation des dépenses militaires. Mais ses opposants souhaitent en échange négocier la régularisation de 690 000 enfants entrés

clandestinement aux USA. Ils sont appelés dreamers, ce qui veut dire « rêveurs ». Donald Trump souhaitant une baisse radicale de l’immigration, le blocage était prévisible.

Ce n’est toutefois pas le premier shutdown de l’histoire américaine, car le pays en a connu vingt depuis 1976. Ce n’est pas non plus le plus long, comparé aux vingt et un jours sous la présidence Clinton. Même si le dénouement de cette histoire n’est pas encore connu, il est difficile de croire que les politiques américains en sortiront grandis aux yeux de leurs concitoyens.

 

 

Nouveau record pour la bourse américaine

Dopée par la réforme fiscale, la bourse de New York vole de record

en record. Voir les entreprises bénéficier des baisses d’impôts décidées par Donald Trump renforce l’optimisme.

 

Le savais-tu ?

Wall Street est le nom donné à la bourse de New York. Son nom vient de celui d’une rue qui formait au XVIIe siècle la limite nord de la colonie. Un mur de rondins de bois, ou wall, avait été construit pour se protéger des Indiens.

 

Shutdown  :  Il s’agit d’une suspension ou d’un arrêt des activités gouvernementales.

 

 

Julien Magne

 

Actuailes n° 80 – 31 janvier 2018




Imprimer