facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Végétalisme ?

Végétalisme ?

15-05-2018 à 22:59:05

Nos placards publicitaires ou rayons de supermarchés sont de plus en plus remplis de produits végans ou « veggies » et de plus en plus de personnes adoptent ce régime qui est aussi un mode de vie. De quoi s’agit-il ?

Il existe plusieurs façons de se nourrir pour l’homme : un régime omnivore, où l’on mange de tout, viande, poisson, produits animaux – comme le lait, le miel, les œufs – et végétaux (fruits et légumes), un régime végétarien où l’on ne consomme pas d’animaux (ni viande ni poisson), mais les produits des animaux ainsi que les végétaux, ou encore le végétalisme qui est le fait de ne consommer que des végétaux, sans aucun produit d’origine animale (dans les trois régimes, on consomme aussi des minéraux comme le sel ou des moisissures comme les champignons).

Parmi les végétaliens, certains sont végans, c’est-à-dire qu’ils refusent tout ce qui pourrait causer de la souffrance à un animal ou tout élevage : ils ne portent pas de vêtement en peau ou en laine, de perle, refusent les produits qui ont été testés sur les animaux ou les loisirs qui maintiennent des animaux en captivité (cirque, marineland, mais aussi l’équitation…) En effet, ils défendent l’antispécisme, c’est-à-dire l’idée qu’il faut accorder les mêmes normes morales pour toutes les espèces vivantes et refusent l’idée d’une supériorité de l’homme sur les autres espèces.

Sur le plan du régime (en fait, beaucoup de personnes se disent véganes, mais ne sont que végétaliennes), il est nécessaire d’être très prudents : ce régime n’est pas parfaitement adapté à la physiologie humaine. En effet, une vitamine, la B12, dont nous avons besoin pour le fonctionnement de nos cellules sanguines mais aussi la régulation de notre humeur, est totalement manquante dans le régime végan. Elle est très présente dans la viande et le poisson, moins dans le lait et les œufs et absolument pas dans les végétaux. Cela oblige donc les végans qui ne veulent pas être malades à prendre des suppléments de vitamine B12. Par ailleurs, le fer et le calcium sont moins présents dans les végétaux que dans le lait (calcium) ou la viande (fer) et moins absorbables par l’organisme : il faut donc bien étudier son alimentation de façon à ne pas être carencé, on trouve par exemple beaucoup de calcium dans le tofu, le persil, le chou, etc. Le végétalisme est souvent un régime pauvre en iode, qui se trouve surtout dans le sel, les poissons et crustacés, et qui est nécessaire au fonctionnement de la thyroïde qui régule elle-même beaucoup d’autres organes (dont le développement du cerveau…). Les végans peuvent avoir besoin de prendre aussi des suppléments iodés ! Enfin, pour être sûr de pouvoir fabriquer correctement toutes nos protéines, il faut suivre les conseils d’un diététicien : seules les légumineuses (lentilles, pois chiches... et les céréales) apportent les éléments nécessaires, mais aucune ne les apporte tous (alors qu’un œuf, oui !) et il faut bien les associer pour ne manquer de rien.

Il est assez clair que le régime végétalien n’est adapté qu’à des personnes ayant fini leur croissance, non enceintes, bien conseillées par un diététicien et qu’il nécessite certains suppléments. Par ailleurs, si l’on pense que manger de la chair animale, des œufs ou du miel n’est pas respectueux de la nature, cela implique que les animaux entre eux ne sont pas très « écolos…. » ! La relation de l’homme avec l’animal est riche, belle, et doit être émerveillée et respectueuse, mais n’est-ce pas bien souvent le cas même lorsque les animaux vivent parmi nous ?

Anne-Sophie Biclet

Actuailes n° 85 – 16 mai 2018




Imprimer