facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Violences chez Air France

Violences chez Air France

07-10-2015 à 21:45:56

L’image a fait le tour de la presse internationale en quelques heures : où l’on voit le directeur des ressources humaines, Xavier Broseta, la chemise déchirée, molesté par des salariés d’Air France. La scène se déroule le 5 octobre, au cours d’un comité central d’entreprise[1], où un plan social est à l’ordre du jour. Ce plan de restructuration fait suite à l’échec des négociations entre la direction et le syndicat des pilotes de l’entreprise où il était question d’augmenter leur temps de travail afin d’augmenter la productivité[2] d’Air France. Face à ce refus des pilotes, la direction a proposé un « plan B » avec notamment la suppression de 2900 postes. Ce plan est le reflet de plusieurs mois, voire années de tensions sociales au sein de la compagnie aérienne, et ce malheureux épisode relayé par les médias survient alors comme une violente manifestation de la colère de certains salariés à l’idée de perdre leur travail.

Avec un chiffre d’affaires de près de 25 milliards d’euros et 65 000 collaborateurs, Air France-KLM est le premier groupe européen et possède une flotte de 330 appareils. Mais la compagnie aérienne évolue depuis une dizaine d’années dans un marché très concurrentiel, pris en tenaille entre les compagnies à bas coût, dits « low cost », comme Easy Jet ou Ryan Air et les compagnies du Golfe : Emirates, Etihad Airways et Qatar Airways, qui proposent un service de qualité haut de gamme et qui investissent des sommes importantes notamment en Europe.

Afin d’être compétitive, Air France a décidé à la fois une montée en gamme de ses services tout en étant présent sur le low cost à travers une marque dédiée : Transavia. Mais cette stratégie doit s’accompagner d’une hausse du temps de travail du personnel sans augmentation de salaire, pour tenir la comparaison avec les compagnies du Golfe, dont les charges sociales sont beaucoup moins élevées.

Au-delà du drame qui s’est joué le 5 octobre, c’est la question du devenir d’Air France qui est posé, condamnée de s’adapter aux enjeux de la mondialisation.

 

[1] Un comité central d’entreprise est composé des membres de la direction d’une entreprise ainsi que les syndicats, représentant les droits et intérêts des salariés.

[2] Productivité : rapport, en volume, entre la production et les ressources mises en œuvre pour obtenir cette production (définition INSEE).




Imprimer