Logo
Virage à 180° pour Riyad ?

Virage à 180° pour Riyad ?

14-11-2017 à 21:54:29

Depuis un mois, c’est l’effervescence en Arabie saoudite, entre déclarations fracassantes et révolution de palais.

 

En effet, en septembre, le prince héritier de l’Arabie, Mohammed ben Salmane (dit MBS) a signé un décret levant l’interdiction pour les femmes de conduire. Il rentrera en vigueur en juin 2018. En octobre, MBS a déclaré que son pays voulait « revenir à un islam modéré et ouvert au monde ». Ces évolutions sont de véritables coups de tonnerre. Pendant des décennies, Riyad a exporté un islam fondamentaliste (le wahhabisme) et financé des groupes djihadistes. Dans les villes de l’Arabie, la police religieuse saoudienne est synonyme de répression.

La véritable question qui se pose est la raison d’un tel revirement. 70 % de la population en Arabie saoudite a moins de 30 ans. La chape de plomb religieuse pèse sur cette jeunesse. Le contraste entre son mode de vie et celui de l’Occident, qu’elle peut voir à travers la télévision et Internet, est difficile à vivre. Ces mesures sont probablement un moyen pour MBS de satisfaire la contestation populaire qui gronde.

MBS lui-même est jeune. Il a 32 ans. Il n’est pas sûr que le virage qu’il a pris plaise aux « anciens » de la monarchie saoudienne, que la jeunesse du prince héritier doit également agacer.

Ceci peut ainsi expliquer la vaste purge qui a été menée les 4 et 5 novembre. Des dizaines de personnalités du monde politique et des affaires ont été arrêtées dans ce que les autorités saoudiennes ont présenté comme une purge anti-corruption. Des membres de la famille royale, tels que le chef de la Garde nationale, ont été limogés.

Les autorités saoudiennes ont qualifié cette opération choc d’initiative audacieuse pour éradiquer la corruption. Mais le but de cette purge pourrait, avant tout, être de dégager la voie au prince héritier, en éliminant toute opposition à son projet de réforme et à son accès au trône de Riyad qu’occupe actuellement son père, le roi Salmane.

 

 

Abu Nuwas

 

Actuailes n° 76 – 15 novembre 2017

 

 

 

 

 

 




Imprimer