Logo
Alerte atomique en Iran

Alerte atomique en Iran

07-02-2017 à 23:58:46

Le 29 janvier dernier, l’Iran a procédé à un test de missile balistique. Cet essai a causé la colère d’Israël, la condamnation des États-Unis, l’inquiétude des Européens et une réunion d’urgence au conseil de sécurité des Nations unies (ONU). Pourquoi un tel émoi ?

 

En 1979, l’Iran subit ce que l’on appelle la « Révolution islamique ». Le shah (le roi de l’Iran) est renversé. Un guide suprême, ou ayatollah, est installé au pouvoir. À partir de novembre 1979, des étudiants iraniens prennent en otage les diplomates de l’ambassade américaine pendant plus d’un an. Ils veulent punir les États-Unis d’avoir soutenu et de soutenir les shahs. L’Iran se fait ainsi son premier ennemi.

Dès 1979, l’ayatollah appelle tous les chiites du monde arabe à se révolter contre leurs autorités sunnites du monde arabe. Face à ces appels, le gouvernement irakien – sunnite –, craint pour la stabilité du pays, dont la population est majoritairement chiite. En 1980, l’Irak attaque son voisin l’Iran. Tous les pays arabes, à l’exception de la Syrie, soutiennent l’Irak. Et voilà d’autres ennemis pour l’Iran. Dans le même temps, l’Iran appelle à lutter contre Israël. Encore un ennemi. Bien des pays occidentaux ont préféré se placer du côté des États-Unis et d’Israël. Ainsi, dès sa création, l’Iran devient honni de tous.

Aussi, lorsque le gouvernement iranien décide de poursuivre son programme nucléaire dans les années 1990, de nombreux pays s’inquiètent. Jusqu’à nos jours, les pays occidentaux ont tout fait pour empêcher l’Iran d’accéder à l’arme nucléaire. Plusieurs accords de limitation du programme nucléaire iranien ont été signés. En vain. Désormais, l’Iran possède l’arme nucléaire.

C’est pourquoi l’essai de ce missile inquiète tant Israël, les pays arabes et les Occidentaux. Un tel missile pourrait transporter des matières nucléaires. Naturellement, les Iraniens disent que ce missile n’a rien à voir avec l’arme atomique et qu’ils doivent bien tester les armes qui les protègeront demain…

 

Actuailes n° 64 – 8 février 2017




Imprimer