facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro

Apprendre avec l’actualité : le contrat civique

21-02-2015 à 12:33:47

Apprendre avec l’actualité : le contrat civique

Comme nous l’annoncions dans le dernier numéro d’Actuailes, le président de la République François Hollande a confirmé, lors d’une conférence de presse le jeudi 5 février, sa volonté de redonner aux jeunes (écoliers, collégiens, lycéens) le sens du service. Pour cela, un nouveau contrat civique, comprenant plusieurs dispositifs, va être créé. Le but est de donner aux jeunes générations dans notre pays un sentiment de cohésion nationale, en leur apprenant les valeurs de la République.

Tout d’abord, contrairement aux propositions de certains députés, le service militaire ne sera pas rétabli.

Qu’est-ce que le « nouveau contrat civique » ?

En réalité, ce contrat civique n’est pas vraiment une nouveauté. Sous cette appellation sont regroupées les améliorations des dispositifs déjà existants :

Le service civique (voir Actuailes n° 29) : François Hollande souhaite en faire un « service universel » : il ne sera pas rendu obligatoire, c’est-à-dire qu’il faudra toujours être volontaire pour participer, mais l’inscription sera simplifiée (ce service aura cependant du mal à être « universel » si tout le monde n’y prend pas part). Aujourd’hui, seulement un candidat sur cinq est accepté. Le président de la République souhaite que tous les candidats obtiennent une place dès le 1er juin 2015. Le gouvernement estime que le nombre de personnes effectuant leur service civique passera de 35 000 (en 2014) à environ 170 000.

La réserve citoyenne : il s’agit de personnes de tous âges (à partir de 17 ans) volontaires pour mettre leurs compétences, acquises par leur formation et leur métier, aux services des armées (en donnant des cours par exemple). En parallèle, ces personnes font connaître les armées sur le leur lieu de travail et dans leur entourage. Ces personnes sont bénévoles, c’est-à-dire qu’elles ne sont pas rémunérées mais exercent cette activité gratuitement : il s’agit d’un vrai service. Aujourd’hui, il y a environ 2 500 réservistes citoyens.

François Hollande souhaite désormais développer ce service et l’élargir : il propose de faire appel à des personnes volontaires compétentes dans le domaine de la défense, de la police ou de la justice (par leur formation ou leur profession) pour parler dans les écoles et expliquer aux élèves ce qu’est la citoyenneté et en quoi consiste leur métier.

Le service militaire adapté (SMA) : même si le service national a été suspendu en 1996, il existe toujours une forme particulière de service militaire : le SMA, uniquement en outre-mer* pour l’instant. Il s’adresse à des jeunes en très grandes difficultés scolaires : s’ils acceptent de respecter la vie militaire et les cinq règles obligatoires (être à l’heure, être en tenue, respecter la sécurité, travailler en équipe et respecter son chef), ils recevront une formation leur permettant d’avoir un métier plus tard.  

Il existe six régiments de service militaire adapté : en Martinique, en Guadeloupe, en Guyane, à La Réunion, en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie Française. Il y a également un bataillon à Mayotte.

François Hollande a annoncé que le SMA allait être expérimenté en métropole, dans trois centres tests dont la localisation n’est pas encore connue.

L’établissement public d’insertion de la Défense (EPIDE) : cet établissement, qui compte dix-huit centres en métropole, accueille chaque année environ 3000 jeunes de 18 à 25 ans, très éloignés de l’emploi et volontaires pour apprendre un métier. La mission de ces centres est de les aider à commencer un métier en leur apprenant à obéir à des règles et en leur donnant des cours.

François Hollande souhaite que ces centres accueillent plus de monde, mais il n’a pas donné plus de détails.




Imprimer