Logo
C’est arrivé le 25 décembre 496 : Le baptême de Clovis… le baptême de la France

C’est arrivé le 25 décembre 496 : Le baptême de Clovis… le baptême de la France

11-12-2016 à 21:25:06

 

Le baptême du roi des Francs et de ses guerriers consacre l’alliance de la force franque, de la civilisation gallo-romaine et de la foi du Christ. Il allait enfanter la France…

 

En 496, le roi des Francs, Clovis, affronte les Alamans sur le champ de bataille de Tolbiac. Il fait le vœu, s’il est vainqueur, de se convertir au christianisme et de recevoir le baptême. Les Alamans sont battus et Clovis tient sa promesse…

Le jour de Noël 496, saint Rémi, évêque de Reims, donne ainsi le baptême à Clovis et à trois mille de ses guerriers. Il prononce les célèbres paroles : « Courbe la tête, fier Sicambre [c’est-à-dire barbare], adore ce que tu as brûlé et brûle ce que tu as adoré. » Cette conversion rallie l’Église des Gaules et les chrétiens à l’autorité du roi des Francs.

Au-delà de la personne de Clovis, c’est la nation française que le saint évêque de Reims engendre à la vie. En effet, après le choc des invasions barbares, la foi catholique permet de rassembler et d’unir, autour du vieux fond gaulois, les trésors de la culture gréco-latine et la force franque. C’est de cette alchimie qu’allait naître notre patrie.

Certes, le chemin sera encore long et difficile avant que la France ne devienne cette nation unie que nous connaissons. Mais comme le dit le grand historien Jacques Bainville : « On peut dire que la France commence à ce moment-là. »

Alors, quand nous fêtons Noël, portons également notre patrie au pied de la crèche, pour que l’enfant Jésus ranime en elle les promesses de son baptême, comme l’y avait appelé le saint pape Jean-Paul II lors de sa première visite en France en 1980 : « France, fille aînée de l’Église, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ? […] France, fille aînée de l’Église et éducatrice des peuples, es-tu fidèle pour le bien de l’homme à l’alliance avec la Sagesse éternelle ? »




Imprimer